Vincent l’un des participants de « A prendre ou à laisser » a réussi à se faire remarquer. En effet, il a confié qu’on le surnomme le peureux. Par la même occasion, il a relaté une histoire avec Louis Tomlinson, ex-membre des One Direction.

Vincent avait peur de Louis Tomlinson


Sur « A prendre ou à laisser » avec Cyril Hanouna, l’ambiance est toujours au rendez-vous tout en taquinant les candidats. Vincent a bien évidemment eu sa part, car il portait une chemise qui était du genre extravagant. Effectivement, il n’a pas fourni une explication sur sa tenue, mais a relaté une étonnante histoire. Vraisemblablement, on le surnommait : le peureux et c’était une histoire incroyable. « Je vous disais que j’aimais trop Ophélie Winter, même si elle ne chante plus actuellement. Mais j’adore aussi un groupe : les One Direction », relate-t-il.

Par la suite, il a même confié qu’il a une figurine représentant un des membres dans sa chambre. « On m’a offert une figurine de Louis Tomlinson qui est en taille réelle. Je l’ai mis dans ma chambre évidemment », déclare Vincent. Une figurine qui a causé sa peur.

« J’étais parti travailler et le lendemain, je suis rentré chez moi. J’ouvre la porte et je le vois, j’ai cru que c’était un cambrioleur. J’ai hurlé, j’ai pris un truc et je le lui aie lancé », dévoile le jeune homme. Un vrai peureux celui-là.

A prendre ou à laisser, une candidate se vante de sa rémunération


Effectivement, des anecdotes y ont en toujours qui font rire dans ce genre d’émission. Toutefois, certains candidats doivent apprendre à mâcher leurs mots avant de parler. Ce fut le cas de la certaine Camélia. Vraisemblablement, cette dernière était aux côtés de Cyril Hanouna pour ouvrir les boîtes lors de la proposition du banquier. Ainsi, elle a eu une réaction plus qu’insolite : « Franchement c’est encore de l’argent, mais 3500 c’est ce que je gagne pas deux semaines donc euh… », a-t-elle déclaré. Des propos qui ont fait réagir les téléspectateurs.

Sur Twitter, les internautes n’ont pas hésité à lyncher fortement Camélia. « Tant mieux pour elle si elle est bien rémunérée. Ce n’est pas ça le problème. Mais la façon dont elle l’a dit est navrante », pouvait-on lire. Ou encore, « Prenez plutôt des gens qui ont vraiment besoin d’argent, ses propos sont dégoutants ».