Accusé de harcèlement, un membre du gouvernement ,Nathalie Elimas, se retrouve dans une enquête administrative. Le samedi 5 mars, L’Élysée décrète une note pour destituer la secrétaire d’État auprès du ministre de l’Éducation nationale. Cependant, cette décision résulte de sa propre demande.

Accusé de harcèlement, Nathalie Elimas quitte le gouvernement

La décision est prise pour Jean Castex. Ce samedi 5 mars 2022, le Premier ministre met fin à la fonction de Nathalie Elimas. Elle assure la responsabilité de l’Éducation prioritaire au sein du ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports. D’ailleurs, l’article de France24 en collaboration avec l’AFP à la date du 6 mars évoque cette décision.

En effet, la secrétaire d’État est accusée de harcèlement et de maltraitance. Les faits se déroulent dans son cabinet. Sa démission volontaire s’ensuit d’une enquête administrative. Ainsi, l’investigation concerne le fonctionnement du ministère.

L’enquête sur un membre du gouvernement, accusé de harcèlement

En 2017, Nathalie Elimas est élu députée de la majorité présidentielle ou MoDem dans la commune de Val-d’Oise. En juillet 2020, elle intègre le gouvernement à 48 ans. Cependant, depuis janvier, plusieurs sources se plaignent à l’AFP que le secrétaire d’État se trouve accusé de harcèlement et de maltraitance envers ses collaborateurs.

D’ailleurs, les sources en question préfèrent garder la voile sur leurs identités. Par ailleurs, le nombre de victimes potentielles se compte d’une demi-douzaine. Un mois plus tard, selon les révélations de Europe 1, Jean Castex reçoit un pré rapport. De ce fait, le Premier ministre demande une explication à Nathalie Elimas.

Un départ à cause d’ « attaque d’une grande violence »

L’enquête mène à de nombreux harcèlements généralisés des arrêts maladie. En outre, il s’agit surtout des maltraitances de collaborateurs accompagnés de crise de colère de Nathalie Elimas.

En interview sur la Radio J, la secrétaire d’État s’explique. Nathalie Elimas indique une attaque violente à titre personnel. En effet, elle avoue que la situation s’annonce difficile pour elle et ses enfants. Toutefois, elle se sent sereine. Cependant, elle condamne ces actions de diffamation afin de la déstabiliser.

Accusé de harcèlement Nathalie Elimas quitte l’équipe gouvernementale. Mais d’autres départs marquent également le communiqué du 5 mars dernier. Jacqueline Gourault entre au Conseil constitutionnel. La ministre de la Cohésion des territoires rejoint sa nouvelle fonction ce lundi 7 mars.