Ce n’est plus un secret pour les prodiges d’Affaire conclue, Julien Cohen n’a pas sa langue dans sa poche. D’ailleurs, il l’a prouvé récemment en dézinguant un vendeur un peu fougueux.

Un acheteur hors pair


Quand Julien Cohen est présent sur le plateau d’Affaire conclue, on sait très bien qu’on peut s’attendre à tout dans la salle de vente. Malgré ses coups de gueule et sa prise de tête, il est connu pour sa franchise. D’ailleurs, c’est ce caractère du brocanteur qui a conquis les téléspectateurs. Mais le mercredi 10 février, il n’a pas hésité à remettre un vendeur à sa place.

Guiseppe est venu sur le plateau d’Affaire conclue pour vendre un objet très rare. Il s’agit en effet, d’un daguerréotype qui n’est autre que l’un des premiers appareils photographiques dans les années 1835. Pour sa part, le commissaire-priseur de l’émission a estimé l’objet à 150 euros. Un montant qui ne convenait pas au vendeur, car il était convaincu que celui-ci vaut beaucoup plus. Ainsi, une fois arrivée dans la salle de vente, il a fait tout pour rendre l’objet très attractif. Mais comme d’habitude, Julien Cohen ne s’est pas laissé faire.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Affaire Conclue (@affaireconclue)

Julien Cohen tacle violemment le vendeur dans Affaire conclue


Une fois devant les acheteurs, Guiseppe a joué de ses charmes ainsi que ses « pseudo-connaissances » pour convaincre les brocanteurs. Ainsi, il a mis en avant la vieillesse de l’objet datant du 19e siècle. Mais immédiatement, Julien Cohen a donné son premier coup de froid. Selon lui, la vieillesse ne prouve rien. L’acheteur a expliqué : « Je vous rassure monsieur, presque tous les objets ont une histoire».

Mais déterminé à repartir avec une somme plus élevée, Guiseppe tente le tout pour tout. Pour cela, il a expliqué aux acheteurs que son daguerréotype était un objet rare et qu’il n’en avait vu un auparavant. Une déclaration qui a permis à Julien Cohen de lui remettre à sa place une deuxième fois. L’homme aux lunettes bleues avait lancé : « Non, ce n’est pas vrai ». Puis, il poursuit que si le vendeur n’a jamais vu un tel objet toute sa vie c’est « c’est parce qu’ils ne font pas le même métier ». Une violente tacle qui a cloué le bec de l’homme aux origines italiennes. Mais il faut dire que son effort a payé, car il est reparti avec la belle somme de 525 euros. Sans oublier la belle leçon de la vie qu’il a apprise de la part de Julien Cohen.