En janvier 2003, Estelle Mouzin s’est perdue entre le chemin de son école et celui de sa maison. Ses parents déjà divorcés à ce moment partagent sa garde ainsi que celui de son frère. Âgé de 9 ans à l’époque de sa disparition, personnes ne l’a plus revue depuis.

La tragédie se passe chez sa mère en Seine-et-Marne. Sitôt après la constatation de sa disparition, la mère de la victime contacte les forces de l’ordre. Jusqu’à présent, aucun corps n’est trouvé et même les faits lors de sa disparition restent flou.

Quand les langues se délient


Depuis 17 ans, les parents de la petite Estelle espéraient de revoir leur fille. Dans le pire des cas, il est préférable de trouver sa dépouille. Ainsi, ils peuvent comprendre ce qui s’est passé et faire leur deuil. Malheureusement, jusqu’à présent aucune information à ce sujet ne filtre. Et ce bien que l’on a établi un coupable en la personne de Michel Fourniret. Ce dernier s’avère moins expansif sur ce sujet et donne du fil à retordre aux forces de l’ordre.

L’ex-femme de ce tueur en série passe de révélation en révélation. Monique Olivier est elle aussi accusée de complicité et écope la perpétuité. C’est d’ailleurs grâce à sa démentie que l’on a pu impliquer Michel Fourniret. Ce dernier a fourni dès le début un alibi en disant qu’il était chez lui le jour de la disparition de la fillette. Il affirme avoir pris un appel. Or il s’avère que c’est sa femme qui a pris l’appel en question.

Les dernières heures de la fillette


Lors de son interrogation, Monique Olivier n’était pas avare aux informations. Elle a fourni plusieurs pistes ayant permis de relancer l’enquête sur la disparition d’Estele Mouzin. Au départ l’affaire concerne l’enlèvement et séquestration. Elle a changé en homicide actuellement. Le vendredi 21 août dernier, des traces d’ADN de la fillette ont été retrouvées sur un vieux matelas chez la sœur du tueur en série.

Selon les aveux de Monique Olivier, son ancien mari a pris l’enfant. Il l’a séquestrée puis violée avant de la tuer. Le dernières heures d’Estelle Mouzin auraient été un calvaire innommable. La dame de 71 risque de donner plus de renseignements selon son avocat. D’autres informations concernant les meurtres de Marie-Angèle Domece et Joanna Parrish. Ces femmes sont les victimes de Michel Fourniret. Ce dernier reste silencieux et stoïque concernant ces affaires.