Le prince Albert de Monaco retrouve Charlène son épouse dans le cadre d’un malheureux événement qui se déroule au palais. Dans ce sens, le jour du 6 avril la famille princière se remémore la disparition du prince Rainier. En même temps, la première dame de Monaco ne réussit pas encore à terrasser totalement son état d’épuisement physique moral.

Albert de Monaco retrouve Charlène au Palais


En effet, le défunt père du prince souverain de Monaco rend son dernier souffle le 6 avril 2005.
Dans ce sens, il s’éteint à l’âge de 81 ans au centre cardio-thoracique où il se retrouve en raison de son infection.

Par conséquent, pour la commémoration de cette perte douloureuse, le prince Albert de Monaco retrouve Charlène au palais pour une veillée.

En même temps, le magazine Point de Vue dédie un article pour rendre hommage au prince Rainier marquant cet événement.
Apparemment, la publication rapporte la façon dont il remet le milliardaire grec Aristote Onassis à sa place à l’époque.

Un malheureux événement au palais


En effet, le défunt père du prince souverain de Monaco réussit à écarter ce dangereux rival qui le défie.
Dans ce sens, en 1962 il suscite même l’aide du Général de Gaulle pour arriver à ses fins malgré leur différend.

En même temps, la princesse Grace se met à sonner l’hallali dans une prise de parole publique en janvier.
Notamment, elle confie « M. Onassis a tant d’investissements plus considérables que Monte-Carlo » mais prend ses responsabilités à la légère.

Par conséquent, le prince Rainier pour lequel Albert de Monaco retrouve Charlène cette année pour une veillée de commémoration réagit.

La réaction du prince contre M. Onassis


En effet, après un mois le papa du prince Albert de Monaco touche son objectif par le biais d’un décret.
Notamment, les membres du Conseil princier rachètent six cent mille actions supplémentaires de la SBM, (Société des Bains de Mers).

Dans ce sens, cette situation place le milliardaire grec Aristote Onassis en minorité dans ses investissements face à Monte-Carlo.

Par la suite, l’homme d’affaires entame une procédure de poursuite en justice devant la Cour suprême monégasque mais en vain.
Par conséquent, il capitule et vend ses parts avant de quitter définitivement le Rocher au grand bonheur du prince Rainier.