Albert de Monaco est venu rendre visite à sa femme pour les fêtes de fin d’année accompagnée de ses enfants. Installée depuis quelques mois dans une clinique spécialisée en Suisse, Charlène de Monaco n’a pas pu rentrer chez elle au Rocher. De ce fait, le prince souverain de Monaco s’est rendu à son chevet pour la réconforter.

La visite du Prince Albert de Monaco

Selon l’affirmation du magazine « Ici Paris », Albert de Monaco a entrepris un voyage en Suisse. Il s’agit de l’endroit où se soigne son épouse Charlène pour fatigue physique et mentale. Le magazine a indiqué que ces visites étaient journaliers. Par contre, le magazine « Voici » a reporté que les entrevues d’Albert de Monaco et sa femme Charlène de Monaco ne duraient que quelques heures.

Les informations erronées du magazine « Voici »

Charlène de Monaco est restée loin de sa famille après plusieurs mois d’hospitalisation en Afrique du Sud et son admission dans l’établissement spécialisé. De ce fait, la princesse a reçu son premier privilège, la visite de sa famille. D’ailleurs, les confidences d’une source anonyme révélaient l’importance de cette première visite pour la première dame monégasque. Toute fois, le bonheur de la mère des héritiers du trône ne s’avérait que temporaire. Le passage sa famille n’était que de courte durée. De plus, Albert de Monaco serait attendu par le reste de famille royale, poursuivait une source proche de la famille. Par ailleurs, les informations recueillies par le magazine « Ici Paris » ne stipulaient pas les mêmes informations.

Le sacrifice du prince souverain Albert de Monaco

Contrairement aux informations fournies, le Prince Albert de Monaco aurait loué un chalet près de la clinique où est internée son épouse. Il s’est installé en Suisse avec ses jumeaux Jacques et Gabriella pour faciliter la visite journalière de Charlène de Monaco. L’hebdomadaire a affirmé que le prince s’est rendu dans sa clinique chaque jour afin de remonter son moral et de la revigorer en lui tenant la main. Pourtant, son état se serait détérioré à cause du chagrin et de la tristesse.