La célèbre actrice Alexandra Lamy sous le choc ne manque pas de réagir face à une violence glaçante en Iran. Dans ce sens, elle partage une vidéo inquiétante de l’université de technologie de Sharif à Téhéran sur son fil Twitter. En même temps, celle qui partage la vie de Pierre Garonnaire conteste également la décision de la justice concernant un violeur.

Une violence glaçante en Iran


En effet, la police du régime mène une répression à la suite des manifestations en solidarité avec le mouvement de contestation.

Dans ce sens, ce mouvement voit le jour suite à la disparition de Mahsa Amini, provoquant une agitation sur les réseaux.
Notamment, il s’agit d’une jeune étudiante de 22 ans décédée le 16 septembre dernier après que la police des mœurs l’arrête.

Par ailleurs, Alexandra Lamy sous le choc dénonce cette répression aux abords de l’université de technologie de Sharif à Téhéran.
Apparemment, l’actrice rajoute qu’il faut bien regarder la vidéo jusqu’à la dernière seconde pour comprendre la violence de la répression.

Une situation particulièrement inquiétante


En effet, nous pouvons apercevoir un étudiant arrêté et encagoulé sur une moto dans le cadre de ces images.

Dans ce sens, il se retrouve entre deux membres des forces de répression, peut-être des Basijs.
En même temps, un bon nombre d’étudiants reste toujours coincés à l’intérieur de l’université de technologie de Sharif à Téhéran.

De plus, ce qui cette situation encore plus inquiétante reste la disparition de la personne qui a filmé cette vidéo.
Par conséquent, engagée sur plusieurs fronts, Alexandra Lamy sous le choc ne manque pas de réagir face à cette répression.

Alexandra Lamy sous le choc


En effet, l’actrice et réalisatrice qui partage la vie de Pierre Garonnaire n’a pas pu contenir sa colère ce 30 septembre.
Notamment, suite à cette répression mais surtout pour la condamnation à 18 mois de prison avec sursis d’un agresseur sexuel.

Dans ce sens, il s’agit d’un prédateur qui a agressé sexuellement 20 fillettes entre 3 et 10 ans.

Apparemment, hors d’elle, l’ex de Jean Dujardin lance un appel pour arrêter l’impunité permettant à ces prédateurs sexuels de recommencer.
De plus, elle rajoute « De mieux en mieux. A vomir ou à pleurer ? On ne sait plus !!! ».