Jean-Michel Blanquer et Anna Cabana en lune de miel à Ibiza et le ministre ne semble pas emballé. Ils se sont mariés dans le plus grand secret. Le voilà en proie à une polémique suite à sa lune de miel avec la journaliste.

Avec Anna Cabana en lune de miel à Ibiza


Plusieurs personnes ont blâmé le ministre de l’éducation nationale pour son départ pendant ces quelques jours. Alors qu’il s’est marié dans le plus grand secret avec Anna Cabana, Mediapart a annoncé leur destination pour leur lune de miel.

Ils décident de se marier dans le plus grand secret, surtout à cause des tensions qui siègent au gouvernement en ce moment. C’est à cause de l’élection qui approche à grand pas et tout le monde est aux aguets.

La Parisien a annoncé le mariage de l’homme politique avec sa dulcinée et son absence pendant ces quelques jours n’est pas passé inaperçu.

Perçu comme une insouciance de sa part


L’homme politique a enregistré son voyage pour Ibiza quelques jours seulement avant la rentrée des classes. Bien que cela ne soit une virée romantique importante, pour les autres c’est un manque de discernement.

Mediapart a dévoilé un article à charge concernant le ministre d’où la polémique qui court depuis quelques heures. Le Parisien lui a fait passer une interview et il a répondu présent d’Ibiza où il se la coulait douce.

Mal vu par ses opposants


Les meetings des différents candidats à la présidence se font de plus en plus. Il est évident que le gouvernement d’Emmanuel Macron ne soit pas à l’abri des opposants. Le favori de Brigitte Macron a essuyé plusieurs remarques concernant cette virée avec son épouse.

Il s’est défendu en disant que c’est la destination qu’il regrette le plus. Par contre, il ne regrette pas sa décision d’être parti. Devant l’Assemblée Nationale, il s’est expliqué clairement. Jean-Michel Blanquer a souligné que l’attaque des opposants envers lui ne lui échappait pas. Il ajoute qu’il avait le droit de prendre quelques jours de repos après cette année qui venait de s’écouler.

Il clôture son intervention qu’il regrettait la symbolique mais sans plus ni moins.