Dès qu’on prononce le nom d’Annie Cordy, on a en mémoire ses éclats de rire et ses merveilleuses. En effet depuis sa disparition, ses fans sont restés inconsolables. Toutefois, les derniers bruits de couloir la concernant ne vont pas arranger les choses.

Un tunnel exceptionnel


La Belgique reste depuis toujours le pays d’Annie Cordy. Une ville célèbre pour bon nombre de choses, mais aussi pour le fameux tunnel Léopold II. En effet, il s’agit du plus long pont jamais construit dans le pays. Pour cause, il mesure 2 531 mètres. C’est un pont qui existe déjà depuis les années 80 et ses habitants l’utilisent très souvent. Vraisemblablement, il traverse quatre endroits stratégiques comme Ganshoren, Koekelberg, Molenbeek-Saint-Jean et Bruxelles-Ville. Ainsi, lors de son inauguration, il y avait des fêtes dans chacune de ses villes.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par L’À-peu-près 20h (@app20heures)

Ce pont a été construit en quatre ans et a fréquemment demandé des travaux de rénovation. La dernière en date porte sur son nom et le nom de Léopold II pose problème vu son passé de colonialiste. Apparemment, tout le monde se souvient des horreurs commisses au Congo à l’époque où la Belgique y régnait en maitre tout-puissant. Après un sondage concernant le nom que doit porter ce tunnel, le nom d’Annie Cordy arrive en tête avec 22 % des voix. La chanteuse a dépassé de loin d’autres célébrités comme Marguerite Yourcenar, Rosa Parks ou Simone Veil. Malheureusement, rien ne va se passer comme prévu.

Annie Cordy, une histoire devenue très polémique


Pour sa part, Mireille-Tsheusi Robert veut s’opposer à ce projet. Pour cause, le titre « Chaud Cacao » ne colle pas avec les valeurs du vivre-ensemble. De son côté, l’architecte Apolline Vranken trouve bien que la gent féminine soit plébiscitée. Vraisemblablement, en Belgique, il n’y a que 6 % des rues qui ont un nom de l’autre s*x*. Toutefois, elle incite à trouver un autre nom parmi les féministes qui n’ont pas eu des actions ou des propos problématiques.

Très récemment, c’est le mélodiste de la chanson qui donne son avis sur cette polémique. Ainsi, il a expliqué le contexte d’écriture de la chanson qui s’est fait rapidement. Il a écrit ce titre en 15 minutes devant son petit déjeuner. Pour lui, il n’y a rien de raciste, pas même l’emploi de certains instruments. Selon lui, il a juste voulu faire une chanson un peu exotique avec des mots percussifs comme bambou, toumba. De son côté, la nièce d’Annie Cordy est totalement consternée par toute cette histoire. Même l’association de défense des victimes de racisme ne comprend pas et souhaite recadrer le débat.