L’arnaque aux fausses offres d’emploi prend beaucoup plus d’ampleur sur les sites de recherche d’emploi. D’après les témoignages, cette arnaque vise à récupérer les coordonnées personnelles des victimes.

Arnaque aux fausses offres d’emploi


Ce n’est pas l’occasion qui manque pour les arnaqueurs. D’ailleurs, ces derniers débordent d’imagination pour faire de plus en plus de victimes. Cette fois, celle qui fait parler ces derniers temps c’est l’arnaque aux fausses offres d’emploi. En effet, les sites professionnels comme LinkInd ou Indeed sont les plus ciblés.

Ces dernières semaines, de nombreuses annonces frauduleuses envahissent ces sites. Selon les victimes, ces fausses offres d’emploi ont pour but de récolter des données personnelles. Une victime témoigne de ce faux entretien.

Une arnaque bien ficelée


Dans un premier temps, les arnaqueurs appellent les victimes pour les féliciter après un premier entretien et pour avoir décroché le job. D’ailleurs, selon une victime qui se confie auprès de BFMTV, l’entretien d’embauche était facile à passer. À souligner que l’entretien d’embauche se fait à distance.

Apparemment, les questions sont plutôt généralistes. De plus, elle a remarqué que la personne au bout de fil connaissait très bien le marché ainsi que la concurrence. L’escroc a également utilisé la carte « petite boite familiale » pour mettre en confiance les victimes.

Ensuite, l’arnaqueur envoie un mail au chercheur d’emploi. Il demande des informations nécessaires à chaque embauche comme une photocopie de la carte d’identité, un numéro de sécurité sociale et surtout un RIB.

Une usurpation d’identité qui peuvent avoir de conséquences dramatiques


Pour parvenir à ses fins et surtout pour être plus crédibles, les malfaiteurs usurpent l’identité de nombreuses sociétés. D’ailleurs, le cofondateur de Kwantic sort de son silence. Il a affirmé que cette nouvelle arnaque aux fausses offres d’emploi détruit la vie des victimes. En effet, certains ont démissionné de leur poste actuel pour changer d’entreprise.

Mais les conséquences peuvent encore devenir plus lourdes. Outre les démissions, les victimes pourront perdre encore plus. Victimes de fausses promesses d’embauches, nombreux sont ceux qui fournissent leurs données personnelles et bancaires. De surcroit, par l’intermédiaire de ces informations, les malfaiteurs peuvent ouvrir de comptes bancaires en leur nom pour souscrire à des crédits.