Alexandra Lamy partage son point de vue concernant le mouvement #MeToo plaçant les célébrités comme Ary Abittan en plein cauchemar. Dans ce sens, l’humoriste se retrouve dans cette situation suite à une déposée à son encontre par une victime. En même temps, après sa mise en examen pour cette affaire d’agression sexuelle, Ary Abittan en difficulté traverse une longue attente.

La version d’Alexandra Lamy


En effet, face à Ary Abittan en plein cauchemar, Alexandra Lamy souligne que ce mouvement n’a fait tomber personne.

Dans ce sens, l’actrice et réalisatrice rapporte que certains collègues dans le cinéma nient des formes de violences sexistes et sexuelles.
Apparemment, tout le monde connait ces quelques personnes malveillantes mais ils se retrouvent sauvés par la prescription.

Notamment, Alexandra Lamy affirme que le système s’obstine à protéger et aider les agresseurs au lieu de soutenir les victimes.
Néanmoins, face à des porte-parole qui ne se lâchent pas l’affaire, même Harvey Weinstein finit par tomber.

Ary Abittan en plein cauchemar


D’un autre côté, Ary Abittan en plein cauchemar se retrouve écarté de plusieurs projets faute de cette accusation pour violence sexuelle.

Et pourtant, le célèbre humoriste français n’a jamais été condamné, le tribunal n’a pas encore rendu son verdict sur cette affaire.
Dans ce sens, le magazine Public rapporte que l’accusé devrait être entendu par les juges pour ce mois de septembre.

Notamment, après sa mise en examen suite à la plainte de la jeune victime, il devait se retrouver au tribunal en juin.
Cependant, une source proche de l’enquête rapporte que les expertises psychologiques ont pris du temps.

Une très longue attente


En effet, en attendant les résultats des expertises, impossible de caler quoi que ce soit avant l’été.

Par conséquent, Ary Abittan qui touche déjà le fond doit encore patienter avant de connaitre la décision du tribunal.
En d’autres termes, l’humoriste trainé en justice pour agression sexuelle n’a pas d’autres alternatives que l’attente.

Et pourtant, il se retrouve dans une difficulté financière comme les producteurs de cinéma décident de lui tourner le dos.
Apparemment, la confrontation se déroulera devant le juge d’instruction au quinzième étage du nouveau tribunal de grande instance de Paris.