Le 01er Févier prochain, il est fort possible que le taux du Livret A connaisse une baisse. Cependant, cette question ne devrait intervenir officiellement qu’à partir du 15 Janvier.

Mise à jour du taux du Livret A, une baisse à prévoir

Pour le moment, rien n’est sûr concernant le taux du livret A de cette année. Cependant, ce qui est certain c’est que la rémunération du produit d’épargne préféré des Français va augmenter. Ce sera notamment dû à l’effet conjugué de la forte inflation et de la hausse des taux directeurs de la Banque centrale européenne. Toutefois, selon le gouverneur de la Banque de France, cette augmentation sera sensible.

Dans les prochains jours, le gouvernement va être confronté à un choix difficile avec la mise à jour du taux du Livret A. En effet, soit il applique précisément la formule de calcul inscrite dans la réglementation, soit il fixe un taux supérieur pour donner un coup de pouce au pouvoir d’achat.

Doute concernant le coup de pouce sur le pouvoir d’achat

Même si elle semble plausible, le fait d’opter pour un taux supérieur afin d’augmenter le pouvoir d’achat des Français est aujourd’hui mis en doute. En effet, ce mercredi, l’Insee a dévoilé une prévision d’inflation un peu moins élevée que ce qui a été prévu en Décembre dernier. Il était à 5,9% alors que le pourcentage annoncé était de 6,8%. Cela serait surtout dû au ralentissement des prix de l’énergie.

A première vue, il s’agit d’une bonne nouvelle pour le budget de Français. Cependant, ce n’est pas le cas pour leur épargne. En effet,  l’indice des prix à la consommation est pris en compte dans la formule de calcul du Livret A. Autrement dit, plus l’inflation est basse, plus la rémunération le sera.

Avec une inflation à 6,6%, le résultat aurait donné un taux « technique » de 3,4%. Or, avec les 5,9%, celui-ci redescend à 3,30%. Pourtant, ce petit écart pourrait dissuader le gouvernement d’accorder un coup de pouce au pouvoir d’achat. En effet, chaque inflexion à la hausse du taux du livret A représente un coût pour les banques. Ainsi, ce sera à l’exécutif de trancher entre les établissements ou les épargnants.