Bernard de La Villardière n’a plus rien à prouver en ce qui concerne les qualités de ses reportages. En effet, il est déjà une vraie légende. Toutefois, en ayant vent de ce qui se passe dans les coulisses de ces derniers, on se pose des questions.

Bernard de La Villardière et ses secrets


Au cours de sa carrière, Bernard de la Villardière a presque voyagé partout dans le monde et a rencontré bon nombre de personnes. À travers ses reportages, il nous offre des témoignages exclusifs qui nous font vivre un moment vraiment particulier. À première vue, c’est un homme irremplaçable. Derrière ses compétences, ce grand journaliste d’investigation cache bien des secrets.

Vraisemblablement, des allégations circulent sur ce qu’il transporte dans ses valises lors de ses déplacements. Ainsi, il va relater ce que son père lui a transmis. « Il m’a toujours expliqué que pour ne pas donner de travail à sa femme, il lavait lui-même ses affaires. C’était probablement avant la machine à laver sans doute. De plus, on n’avait pas les moyens à la maison » confie-t-il.

Bernard de la Villardière est exigeant avec les autres et surtout avec lui-même. Toutefois, il assume entièrement ce trait de caractère qui prend beaucoup de place. « Et moi, c’est un peu un TOC, oui, un tr**ble obsessionnel du comportement. C’est-à-dire que j’ai horreur de savoir que j’ai dans ma valise un sl*p ou des chaussettes sales dedans » déclare-t-il. Maniaque comme il est, dès que les caméras s’éteignent, il pense déjà à sa tenue vestimentaire du lendemain. Il organise tout jusqu’au moindre millimètre. « Il m’arrive même de laver des chemises. J’ai des chemises non repassables, et il m’arrive de les laver à la main… » relate le journaliste.

Il frôle la mort à cause d’une chaussette


Bernard de La Villardière n’a pas honte de sa petite manie. Ainsi, il en parle malgré que les autres veuillent changer de sujet. Une fois lancé sur le sujet, il préfère ne plus s’arrêter. Ainsi, il a mis mal à l’aise une bonne partie des convives autour de la table. De plus, quand il donne des détails aussi concrets, tout le monde était abasourdi. « Je fais ça généralement à p**l avant de passer sous la douche », raconte-t-il. Brusquement, le visage de Bernard de La Villardière a pris une triste mine. En effet, il s’apprêtait à relater une anecdote assez embarrassante.

« J’étais tellement en colère sur la chaussette, que j’ai glissé et je me suis retrouvé sous le lavabo. Allongé et j’ai tapé ma tête… Assommé. J’ai frôlé la mort » dévoile-t-il. Tout le monde avait la chair de poule en entendant cette histoire. « Je me suis dit que si on m’avait retrouvé comme ça, j’aurais été très ennuyé. De glisser dans ma salle de bain et être retrouvé à p**l, alors que j’étais en train de laver des chaussettes. Vous, vous rendez compte pour la légende ?! » ironise-t-il. Apparemment, être en déplacement avec lui risque de ne jamais être ennuyeux. Il est vraiment exceptionnel ce journaliste.