Cette bonne nouvelle chez Casino concerne le prix du litre de carburant de retour à 85 centimes du 9 au 13 février. Dans ce sens, il s’agit d’une offre promotionnelle sous conditions fonctionnant grâce à des bons d’achat au sein de l’enseigne. En même temps, face à la hausse de prix des carburants, les automobilistes se réjouissent de ces offres promotionnelles qui se font très rares.

Le prix du litre de carburant de retour à 85 centimes


En effet, cette bonne nouvelle chez Casino qui met le prix du litre de carburant à 85 centimes d’euro soulage.
Dans ce sens, du jeudi 9 au lundi 13 février, les clients peuvent profiter de cette offre promotionnelle sous conditions chez Casino.
Apparemment, le prix du plein en lui-même ne changera pas, mais la différence entre ce tarif et 0,85€ sera remboursée en bon d’achat.
Par conséquent, pour un plein de 30L (en moyenne à 2€/L), le client va recevoir un bon de 34€50.
Notamment, ce bon d’achat est valable dans l’ensemble des hypermarchés Casino, Hyper Frais, Géant Casino.

Par ailleurs, cette offre promotionnelle concerne également les supermarchés Casino disposant d’une station-service.
Néanmoins, il s’agit d’une offre sous conditions qui concernent l’utilisation du bon d’achat.
En effet, le client peut l’utiliser dès le jour de son émission mais ne dispose que de 3 jours de validité.
De plus, il faut dépenser au minimum 100€ en supermarchés et 120€ en hypermarchés.

Bonne nouvelle chez Casino


En effet, cette bonne nouvelle chez Casino fait partie des rares offres de la part d’un distributeur face à l’inflation.
Dans ce sens, les grands distributeurs veulent à tout prix éviter une pénurie suite à un prix trop bas pourrait qui attirer trop de consommateurs.
Apparemment, Michel-Edouard Leclerc, patron des enseignes éponymes évoque ce sujet dans le cadre de son passage sur BFMTV le 25 janvier.
Notamment, il affirme qu’il vaut mieux éviter de trop appuyer sur le bouton de l’attractivité du carburant pour le moment.

En effet, un prix trop bas pourrait désorganiser les circuits d’approvisionnement et entraîner une nouvelle crise, une pénurie.
En même temps, il revient sur l’opération remise à la pompe chez TotalEnergies pour justifier ses propos.
Apparemment, ils n’arrivaient pas à fournir la quantité nécessaire pour satisfaire les besoins des consommateurs et décident de fermer plusieurs stations.