Carla Bruni exaspère Nicolas Sarkozy par ses propos dans Le Grand Échiquier sur France 3 qui ne passent pas. Dans ce sens, l’ex-président de la République française et son épouse répondent à l’invitation de Claire Chazal. En même temps, l’homme d’Etat n’hésite pas à recadrer sa compagne dans le cadre de cette émission diffusée sur TF1.

Ces propos sur France 3 qui ne passent pas


En effet, la chanteuse de 54 ans partage une superbe interprétation de la très célèbre chanson typiquement française Douce France.
Dans ce sens, la compagne de l’ancien président de la République française traduit en italien ce tube de Charles Trenet.

En même temps, elle souhaite lancer un petit clin d’œil à son pays d’origine par le biais de cette interprétation.
Cependant, Carla Bruni exaspère Nicolas Sarkozy dans le cadre de l’émission Le Grand Échiquier diffusée en direct sur France 3.

Par ailleurs, l’épouse de l’homme d’Etat depuis l’année 2008 affirme qu’il a très peu de chansons qu’on peut adapter.

Les confidences de Carla Bruni


En effet, la maman de Giulia partage quelques confidences à propos des difficultés qu’elle rencontre dans cette traduction.
Dans ce sens, la chanteuse de 54 ans change très peu de contenu pour cette version italienne de Douce France.

Apparemment, l’épouse de l’ancien président de la République française parle de sa propre perception de la France dans cette interprétation.
En même temps, elle confie dans l’émission de Claire Chazal qu’il s’agit d’un plaisir et d’un clin d’œil également.

Et pourtant, Carla Bruni exaspère Nicolas Sarkozy en exposant sa double culture par le biais de sa version de Douce France.

Carla Bruni exaspère Nicolas Sarkozy


En effet, Nicolas Sarkozy salue la démarche de sa conjointe mais ne semble pas apprécier les propos qu’elle lance.
Dans ce sens, Carla Bruni affirme qu’on n’est pas simplement de son pays, on est de son continent.

En même temps, la chanteuse de 54 ans mentionne une citation qui exaspère l’ancien président de la République française.
Apparemment, il s’agit de Jean Cocteau qui déclare que « les Italiens sont des Français de très bonne humeur ».

Par la suite, l’homme d’Etat n’hésite pas à recadrer son épouse en direct en affirmant « Est-ce que tu crois que c’est très aimable ça ? ».