Carole Bouquet, a eu une année 2020 vraiment mouvementée. Elle qui est hyperactive a presque connu la dépression à cause des confinements à répétition. Aussi, être éloigné de sa famille et de ses enfants n’est pas chose facile. L’actrice a même annoncé que 2020 était l’une des années les plus pires de sa vie. À cause de ce besoin constant de contact social, elle a failli être au fond du trou.

Une situation due aux confinements


Dernièrement, Carole Bouquet a connu d’importants problèmes de famille. En effet, son fils, Dimitri Rassam, et sa compagne Charlotte Casiraghi rencontrent des difficultés dans leur couple. Les deux tourtereaux sont au bord de la rupture. D’après l’hebdomadaire people Ici Paris, la fille de Caroline de Monaco a fait une demande de divorce. Effectivement, le confinement a eu d’innombrables conséquences sur leur relation. Ce n’est plus un secret pour tout le monde, le confinement était une période vraiment difficile pour tout le monde. La cohabitation entre les partenaires était vraiment compliquée. Le manque d’activité a accentué les disputes et le stress au sein des couples.

Carole Bouquet, une vie pas très joyeuse


Cependant, l’hebdomadaire people France Dimanche a dédié un dossier sur Carole Bouquet. Ainsi, il a révélé des nouvelles inquiétantes à son sujet. En effet, l’actrice émérite aurait fait des confidences sur son enfance qui était loin d’être joyeuse. Apparemment, certains des propos de ses proches lui ont vraiment blessé au plus haut point.

« Plus d’une fois, j’ai failli mourir à cause de ce que les autres me disaient. En effet, ces mots peuvent être extrêmement violents. Quand on est jeune, on peut prendre pour argent comptant ce qui est dit. On ne conçoit pas qu’il peut y avoir un double, un triple langage », a-t-elle dévoilé au micro de France Inter. En plus, elle avait perdu sa maman lors de son plus jeune âge et sa relation avec son père était au point mort.

« On dinait ensemble et mon père ne disait rien à ma sœur et moi », a-t-elle déclaré. Par conséquent, c’est grâce au cinéma qu’elle a pu trouver le bonheur en s’épanouissant.