Céline Dion devait suivre de près René Angélil à son vivant. Pour cause, il avait une addiction aux jeux. Cette dernière a failli briser leur couple. Détails. 

La ville de Las Vegas, une grande histoire d’amour

Depuis la disparition de son époux René Angélil, Céline Dion est maintenant « le boss » dans toutes ses affaires. En effet, elle a repris en main sa carrière depuis cet incident. Son défunt mari était à la fois l’homme de sa vie, mais aussi son manager. De son vivant, il a tout fait pour que sa femme devienne célèbre. Toutefois, il aimait par-dessus tout aussi le jeu.

Il y a cinq ans de cela, le 14 janvier 2016, René Angélil est décédé à Las Vegas suite à un long combat contre le cancer. C’est dans cette ville des débauches qu’il a eu les plus beaux souvenirs de sa vie. Effectivement, il y a vu son épouse Céline Dion cartonner au Caesars Palace. Aussi, les enfants du couple ont grandi dans cette ville. Pour sa part, René a également eu du plaisir aux tables de jeux des casinos.

Lors de la sortie de la biographie autorisée intitulée Le maître du jeu (signée Georges-Hébert Germain), il avait fait des confidences. Selon René Angélil, il avait la maladie du jeu, une passion ou plus exactement une addiction dans son cas. Vraisemblablement, il avait longtemps joué dans sa famille à un jeu de cartes appelé Canasta. Au fil du temps, cette passion s’est transformée en passion pour le poker. Apparemment, le site spécialisé Poker Collectif avait lancé une allégation selon laquelle l’homme jouait jusqu’à 1 million de dollars par semaine. Des propos que le groupe Caesars Palace avait démentis. Cependant, il a déclaré que leur plus gros client avait accumulé une dette de 230 000 dollars entre 2005 et 2006. Une dette qui a été supprimée quand René Angélil qui avait une addiction aux jeux aurait gagné 259 000 dollars.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Céline Dion (@celinedion)

La grande addiction au jeu de René


René Angélil était conscient qu’il avait une addiction aux jeux d’argent. Ainsi, il a pris les précautions nécessaires pour mettre sa femme et ses proches à l’abri. Par conséquent, lors de son entretien auprès du Journal de Montréal, il avoue avoir joui d’un système pour sa protection. Une solution que ses proches avaient créée pour lui. En effet, à l’époque « rien ne peut l’arrêter de jouer ». Ce fameux système concevait ainsi une somme d’argent déterminée à l’avance à dépenser. Mais aussi qu’il faut une double signature obligatoire sur tous les chèques. Ainsi, il est donc fréquemment sous surveillance. D’ailleurs, René Angelil avait admis que sans ses mesures, il aurait pu se « retrouver à la rue ». Fort heureusement, ses proches étaient là pour empêcher que cela arrive.