Le prince Albert II et leurs enfants sont venus rendre visite à son épouse Charlène de Monaco en Afrique du Sud. Un spécialiste du langage corporel interprète ces retrouvailles.

La famille princière de Monaco s’est retrouvée en Afrique du Sud en Août dernier. L’occasion pour ces derniers de voir Charlène. Des clichés aperçus sur les réseaux ont été déchiffrés par Roger Fiammetti. Il explique.

Charlène de Monaco est absente

Depuis le mois de mai, la princesse de Monaco est partie dans son pays natal. Elle aurait alors contracté une infection ORL qui lui a coûté une opération chirurgicale. Pour se remettre de cette dernière, l’épouse du prince Albert II a alors dû rester sur place. Cela fait donc plusieurs mois maintenant qu’elle est loin de sa famille. Elle a même raté la rentrée des classes de leurs enfants.

Depuis, des rumeurs sur leurs séparations ont fait le tour des réseaux sociaux. Ce qui a toutefois été démenti de suite par le prince lui-même. « Elle n’est pas partie parce qu’elle était en colère contre moi ou quiconque » affirme-t-il d’ailleurs dans une colonne de People. Son retour a été notamment retardé par une complication suite à son opération.

Des retrouvailles en famille qui font jaser !

En Août, le prince Albert II est venu en Afrique du Sud avec Gabriella et Jacques. Une virée qui avait donc pour but de rendre visite à Charlène, leur maman. Les retrouvailles ont d’ailleurs ravi la princesse. Pour l’occasion, elle a posté des photos sur les réseaux sociaux. En légende elle a notamment mis : « Je suis tellement ravie d’avoir ma famille avec moi ». Elle a précisé aussi que la princesse Gabriella avait décidé de se couper les cheveux toute seule. Et oui, à voir sur la photo, la petite a vraiment changé de coiffure.

Cet acte a été expliqué par Roger Fiammetti, spécialiste du langage émotionnel du corps. Comme dans son livre « Se libérer du sentiment d’abandon et des angoisses de séparation », il précise d’ailleurs que les enfants n’aiment pas être séparés de leurs mères. Ils peuvent de ce pas être anxieux. Pour lui ce qu’a fait la fille de Charlène et d’Albert II était donc une « manifestation de son angoisse » suite à l’absence de sa mère.