En ce moment, la princesse Charlène de Monaco, embarrassée est en Suisse, pour suivre un traitement pour soigner son état de fatigue. Rappelons qu’elle soignait son ORL quand elle était en Afrique du Sud puis elle est vaguement revenue sur le Rocher avant de repartir. Novak Djokovic est l’un des parrains de sa fondation à Monaco et le journaliste Michel Cymes l’aurait pris pour cible.

Charlène de Monaco embarrassée à cause d’une histoire de vaccin


Novak Djokovic est connu pour être un tennisman de renom mais avec un fort caractère. Il ne pouvait pas séjourner en Australie car il n’avait pas son pass vaccinal. Novak Djokovic est un anti-vaccin.

La situation est assez ironique pour la princesse Charlène de Monaco car elle tient une fondation dont cet athlète est le parrain. Par-dessus tout, elle soutient le vaccin contre le COVID-19 sans parler de la famille royale qui est mobilisée pour le vaccin.

Camille Gottlieb explique clairement qu’elle a confiance au vaccin car ce dernier soigne ses douleurs. Mais pas qu’elle, toute la famille encourage la vaccination.

Novak Djokovic n’en fait qu’à sa tête


Cet athlète de haut niveau refuse de montrer son pass vaccinal et très vite, son visa pour séjourner en Australie est refusé. Quand l’une des égéries de sa fondation refuse ce traitement, Charlène de Monaco se place dans une situation inconfortable.

Elle est surtout mobilisée près des enfants pour leur expliquer l’importance de ce traitement. Malgré son séjour en Suisse, elle suit les travaux de loin.

Le tennisman refuse alors le vaccin et les autorités refusent son visa pour l’Australie.

Michel Cymes s’en prend à Novak Djokovic


Michel Cymes est un journaliste connu mais également un médecin de renom. Evidemment, cette figure publique adhère à la vaccination. Il était choqué de savoir que le fameux tennisman Novak Djokovic refusait le vaccin.

L’ancien animateur et journaliste sur France 5 déclare qu’une figure populaire comme lui devrait plus servir d’exemple que de contre-exemple. Charlène de Monaco embarrassée, pourrait voir l’image de sa fondation ternie par cette situation assez déconcertante.