Un magazine sud-africain qui rapporte quelques révélations à propos de son état affirme Charlène de Monaco en isolement forcé. Dans ce sens, la publication revient sur la piste d’une greffe osseuse et une crise d’épilepsie qui se déroule l’année dernière. En même temps, le magazine préfère se pencher sur cette alternative plutôt que de considérer l’éventualité d’une dépression respiratoire.

Révélation sur son état


En effet, ce même magazine people sud-africain affirme l’épouse du prince Albert de Monaco développant une dépendance maladive aux comprimés.

Dans ce sens, depuis neuf ans la première dame consomme un dangereux cocktail de somnifères, Stilnox, Imovane, et dérivés de Carfentanil.
Notamment, il s’agit d’un analgésique très puissant pouvant parfois provoquer une dépression respiratoire, le coma et même la mort.

Apparemment, cette addiction débute par la consommation des anti-douleurs pour soigner une vieille blessure lors des compétitions de l’ancienne nageuse.
Par la suite, le magazine Voici rapporte que faute de trouble de sommeil Charlène de Monaco devient dépendante aux somnifères.

Dépression respiratoire, crise d’épilepsie


En effet, la publication rajoute que cet analgésique favorise l’anxiété, l’agitation, l’agressivité, la confusion, les hallucinations l’amnésie et l’antérograde.

Et pourtant, le magazine sud-africain You qui rapporte la princesse Charlène de Monaco en isolement forcé propose une autre hypothèse.
Dans ce sens, la publication rapporte que la première dame monégasque souffre d’une crise d’épilepsie suite à sa greffe osseuse.

Apparemment, une source proche de la famille affirme que cette opération affecte particulièrement l’état de l’épouse du prince Albert.
Notamment, en raison de son statut l’ancienne nageuse se retrouve à l’hôpital de Durban pour son traitement et son repos forcé.

Charlène de Monaco en isolement forcé


En effet, la maman de Jacques et Gabriella doit prendre un moment pour se rétablir et ne plus se sentir déboussolée.

Dans ce sens, ces fameuses crises d’épilepsie peuvent également provoquer une perte de mémoire ou des maux de tête.
Néanmoins, le magazine people You ne rapporte pas de décompensation psychotique pour la princesse Charlène de Monaco en isolement forcé.

En même temps, cette décompensation psychotique se manifeste par des délires et des hallucinations chez le patient souffrant de la maladie.
Notamment, le magazine Voici préfère de son côté continuer d’alimenter cette affirmation troublante concernant la première dame de Monaco.