La princesse Charlène de Monaco fait preuve de beaucoup de fragilité ces derniers temps. Voilà pourquoi le prince Albert a finalement pris la décision de la ménager. Charlène de Monaco se serait illustrée par un comportement violent dans le passé.

Absente pour les fêtes nationales, Charlène de Monaco est toujours fragile


Dans un communiqué, le Palais princier a confirmé que la princesse ne participera pas aux festivités de la fête nationale le 19 novembre prochain.

Dû à son « état de fatigue général et profond », a été invoqué pour préciser ce faux bond, quelques mois après avoir raté les dix ans de mariage.

A cette période, elle était coincée en Afrique du Sud, son pays d’origine.

Pas de prise de risques inutiles


La femme d’Albert II de Monaco est supposée avoir fait une « décomposition, c’est-à-dire, un épisode psychotique durant lequel une personne perd tout contact avec la réalité », a révélé le magazine Voici.

Les membres de la famille princière ne veulent pas prendre de risque, toujours dans le simple but de ménager la princesse Charlène de Monaco.

La princesse est une ancienne nageuse, elle est en pleine lutte contre une addiction aux médicaments. Dans une de ses crises, elle serait devenue incontrôlable, et aurait balancé tout ce qui lui passait sous la main.

Des violences incontrôlées lors de ses crises


Charlène de Monaco aurait prise d’une crise violente et elle aurait blessé involontairement sa dame de compagnie.

On ne sait pas encore quel est l’élément qui provoque ses crises. Cependant, lors de cet épisode les gardes du corps ont dû intervenir pour la calmer.

Un proche de la famille a raconté : « La scène était absolument terrible ».

A cause de ces antécédents, le prince Albert ne veut pas livrer sa femme à la fête nationale qui pourrait encore réveiller ses crises.

Malgré l’importance de cet évènement, il estime que la santé de sa femme est une priorité. Bien que ses enfants commencent à s’ennuyer de leur mère qui, ne logerait pas encore au palais.