Avec ses problèmes de santé, l’épouse du prince Albert à son retour devait affronter la principauté, mais voilà Charlène de Monaco refroidie. Pour mieux gérer et vivre le rôle qui lui incombait en plus de la pression des médias, la mère des jumeaux devait s’inspirer de l’expérience de Grace Kelly. Sa défunte belle-mère qui refusait d’agir comme la reine Elizabeth II.

Une princesse libre dans l’âme


Grace Kelly est partie des Etats-Unis pour devenir une princesse à Monaco. Magnifique actrice et muni d’un charme exceptionnel, elle avait les grâces d’une princesse. La mère de Caroline de Monaco savait qu’elle jouissait d’une liberté unique que les autres souveraines n’avaient pas. Elle s’en est rendu compte quand elle a rendu visite à la reine Elizabeth II à Buckingham.

Sophie Adriansen, une journaliste et auteure du livre « une Américaine à Monaco » nous en dit un peu plus. Quand la reine Elizabeth s’isolait, la princesse Grace vivait plus dans la réalité du monde qui lui entourait. La belle-mère de Charlène de Monaco était consciente de la vie de ses sujets.

Charlène de Monaco refroidie et consciente


La manière dont Grace Kelly a géré sa vie en tant que première dame a servi d’exemple à Charlène de Monaco. Cela lui permettait d’endosser ce rôle sans se sentir prise aux pièges. Par contre, elle a commis une faute, qui est pourtant très importante, c’est de savoir bien s’entourer.

En voyant son état et comme elle se remet doucement de sa maladie en Suisse, les proches de l’ancienne championne Olympique voyait les conseils comme un dérangement ou encore des interférences.

Une vie simple et proche de tous


Comme elle était à la base une actrice américaine, Grace Kelly vivait plus réalistement que les autres princesses et premières dames. Elle aimait à se mélanger à ses sujets et à les connaître. Mais la mère d’Albert de Monaco a toujours mis un point d’honneur à être proches de ses amis.

Mais par-dessus tout, elle incitait à ce que les petits princes vivaient également de cette manière. Elle leur donnait l’exemple en se servant à boire elle-même. Quant aux petits, ils faisaient circuler des assiettes de biscuits salés eux-mêmes sans attendre qu’on les serve.

Charlène de Monaco se sent plus proche de ce style de gouvernance de la princesse Grace Kelly que celui de la reine Elizabeth II.