La santé de Charlène de Monaco se présente de plus en plus inquiétante. Sa convalescence à Kusnacht Practice avait duré plusieurs mois, mais son état ne s’était pas amélioré. Afin de limiter le scandale médiatique par rapport à cette longue absence, le Prince Albert II optait pour diverses stratégies.

L’hospitalisation de Charlène de Monaco en Suisse

Cela fait plusieurs mois que Charlène de Monaco suivait sa convalescence dans la clinique spécialisée à Zurich en Suisse. Après son infection ORL, la première dame monégasque continuait son traitement pour des fatigues mentales et physiques. Les frais de son hospitalisation hebdomadaire dans ce centre revenaient jusqu’à 130 000 euros. D’ailleurs, ce centre de désintoxication de luxe accueille plusieurs célébrités présentant des addictions aux médicaments psychotropes et des troubles psychiques.

La dégradation de la santé de Charlène de Monaco

À l’occasion des fêtes de Noël, le palais monégasque a accordé une interview afin de rassurer la situation de Charlène de Monaco. Ce communiqué stipulait que l’épouse du Prince Albert de Monaco serait sur la voie de la guérison. Par contre, le magazine allemand Adel Heute affirmait le contraire puisque la santé de la mère de Jacques et Gabriella semblait se détériorer. De plus, l’hebdomadaire Closer confirmait cette évaluation. L’ex-nageuse professionnelle se trouvait de plus en plus mal. Néanmoins, elle peut compter sur le soutien du prince souverain monégasque dans cette situation.

La stratégie du Prince Albert de Monaco

Pour minimiser les rumeurs ainsi que les suppositions sur la longue absence de Charlène de Monaco, le Prince Albert aurait échafaudé un plan d’attaque. D’abord, pour l’élaboration de cette stratégie, le Prince Albert a misé sur l’apparition du Raphaël Elmaleh, le fils de Gad Elmaleh et de Charlotte Casiraghi au palais. Ensuite, pour détourner aussi l’attention de la presse et des tabloïds, l’ex du prince, Nicole Coste, était invité au Rocher. Aussi, les sœurs d’Albert de Monaco, Caroline et Stéphanie, assuraient le rôle de mère des héritiers du trône en absence de Charlène de Monaco.
Bref, le palais organisait des évènements pour réduire la divulgation des informations liées à l’internement prolongé de la première dame monégasque.