Depuis l’absence au palais de Charlène de Monaco souffrante, son époux ne cesse de répéter qu’il s’agit d’un épuisement général. En même temps, les déclarations jugées trop vague du prince Albert attisent l’attention des médias qui se penchent sur cette affaire. Dernièrement, une nouvelle hypothèse à propos de la maladie dont souffrirait la maman de Jacques et Gabriella vient d’apparaître.

Charlène de Monaco souffrante, une similitude avec Céline Dion


Effectivement, les nouvelles rapportées par le prince Albert sur l’état de son épouse n’arrivent pas à totalement rassurer les observateurs.
Dans ce sens, la princesse Charlène de Monaco souffrante devait suivre un traitement à l’étranger pour une fatigue d’ordre psychique.

En même temps, comme elle met trop de temps à se remettre, les médias veulent effectuer une investigation pour y voir clair.

Par la suite, une rumeur commence à se propager par rapport à la même maladie dont souffre la diva Céline Dion.
Notamment, une maladie auto-immune comme toutes les deux ont perdu énormément de poids même s’il n’y a aucune preuve actuellement.

La nature de cette maladie qui touche la princesse


Dernièrement, le magazine Public avait évoqué le sujet de la maladie de cette chanteuse sans pour autant impliquer la princesse.

Dans ce sens, la star souffre d’une neuropathie à petites fibres qui se manifeste par « des douleurs neuropathiques ».
De plus, le malade ressentira également « des sensations de brûlure et des décharges électriques au niveau des membres ».

Par conséquent, on peut imaginer l’enfer que doivent subir continuellement les patients atteint de cette maladie unique en son genre.
Mais encore, si la princesse Charlène de Monaco souffrante et isolée rencontre tous ces symptômes il pourrait s’agir d’un cancer.

De l’intox, selon le magazine Voici


En effet, cette révélation nous glace le sang quand on essaye de visualiser ce supplice de souffrir seule et internée.

Cependant, et heureusement pour la princesse Charlène de Monaco, son état n’arrive pas à ce degré de gravité pour l’instant.
Dans ce sens, le magazine Voici rétorque à cette affirmation affolante en évoquant qu’elle suit un traitement pour sa dépendance.

Apparemment, l’ancienne nageuse avait développé une addiction aux anti-douleurs suite à une blessure acquise durant une de ses nombreuses compétitions.
Notamment, la première dame avait fait « une décompensation » en septembre et dans sa crise d’hystérie elle blesse son entourage.