Charlotte Casiraghi en colère, avait porté plainte contre un célèbre magazine spécial people. S’il existe un membre du clan Grimaldi qui soit intransigeant avec sa vie privée, c’est bien la fille de Caroline de Monaco. Elle avait attaqué Public, et s’en est sortie gagnante.

Charlotte Casiraghi en colère


Charlotte Casiraghi n’est pas une héritière monégasque comme les autres. La princesse est féroce quand il s’agit de porter atteinte à sa vie privée. Le magazine Public en a subi les frais, elle les avait traînés devant la justice 49 fois. Au cours de ces procès, Charlotte Casiraghi les avait remportés et de la même occasion cumulé la somme de 395 500 euros.

Le magazine Public avait mentionné une discorde entre Charlotte Casiraghi et Charlène de Monaco, qui se trouve être sa tante. De ce fait, Public avait mentionné que l’ex de Gad Elmaleh avait un certain ressentiment envers l’épouse du Prince Albert de Monaco.

Discorde entre les Grimaldi


Ce n’est pas nouveau d’entendre qu’il existe des tensions au sein de la grande famille des Grimaldi. Certains médias avancent l’hypothèse d’une rivalité entre Caroline de Monaco et sa belle-sœur, Charlène de Monaco. Malgré ces tensions, la mère de Charlotte Casiraghi est très proche de ses neveux, Gabriella et Jacques.

Pendant la longue absence de Charlène de Monaco, Caroline de Monaco est celle qui s’occupait le plus des jumeaux. Caroline de Monaco ne supporterait pas aujourd’hui d’être mis à l’écart de la vie de ses petits neveux. Depuis que Charlène de Monaco est revenue sur le Rocher, rarement on l’avait vue en compagnie de Caroline de Monaco.

Elle a assez des drames


Charlotte Casiraghi est unique par sa manière de penser et de vivre son rang. Bien qu’elle soit presque marginale, Charlotte Casiraghi est toujours soutenue par sa mère. Par ailleurs, toutes les deux sont toujours en accord et en parfaite harmonie.

A l’époque où Charlène de Monaco était souffrante, toute la famille s’est précipitée pour prendre soin d’elle. Charlotte Casiraghi n’en fait pas partie, elle ne souhaitait plus vivre les drames et les situations exténuantes.