Charlotte Casiraghi estime une fragilité et une fêlure pour Charlène de Monaco. Malgré sa bonne mine elle n’est pas tirée d’affaire. D’ailleurs, à l’occasion du grand Prix de Monaco, Charlène de Monaco est apparue avec une forme olympique. Lors de cet évènement, le Prince Albert ainsi que ses jumeaux Jaques et Gabriella l’ont accompagné.

La maladie de Charlène de Monaco inquiète Charlotte Casiraghi


L’égérie de Chanel, épouse du producteur Dimitri Rassam est consciente que la première dame du Rocher est tourmentée par son mal-être. D’ailleurs, elle affirme comprendre ses difficultés. De plus, pendant une année entière elle a vécu avec de gros problèmes de santé dont une infection dans la zone ORL.

Cette maladie a provoqué son épuisement physique et moral. En effet, la première dame monégasque se soigne dans un centre médical en Afrique du Sud pour des opérations ORL. Ensuite, elle poursuit son rétablissement dans une clinique spécialisée à Zurich.

Charlotte Casiraghi confirme la fragilité de Charlène de Monaco


Selon le magazine Public, la fille de la princesse Caroline de Monaco évoque la vulnérabilité de sa tante dans les pages de Libération l’année dernière. D’après elle, cette faiblesse est ce qui détermine les femmes de sa famille.

D’après son analyse, dans sa famille, il existe des femmes qui ont effectué un pas de côté. « La fragilité ou la fêlure c’est ce qui nous définit », affirme-t-elle.

Cependant, cette opinion a tendance à disparaitre au moment où elle vous percute en plein fouet. Néanmoins, la santé de l’ancienne nageuse professionnelle inquiète toujours Charlotte Casiraghi même si elle désire s’impliquer de moins en moins.

Un long conflit familial


Le journal Public remarque que cette maladie est surement provoquée par la vision de son clan blessé, en remémorant les altercations familiales. Pourtant, Charlotte Casiraghi n’a pas imaginé que la princesse Charlène de Monaco va éloigner sa maman de la vie des jumeaux Jacques et Gabriella.

En effet, la princesse Caroline estime que les jumeaux ne doivent pas être confiés à sa belle-sœur Charlène de Monaco. Elle ne met pas en doute les qualités maternelles de la première dame du Rocher. Cependant, elle met en cause sa maladie, car elle craint que l’épouse du Prince Albert de Monaco blesse les enfants à cause de ses crises.

Par ailleurs, cette décision serait à l’origine de cette guérilla au sein de la famille princière.