Récemment, Marlène Schiappa a annoncé la création d’un comité des parents pour lutter contre le harcèlement scolaire. Ainsi, l’ex-chroniqueuse de TPMP, Christine Kelly a décidé de la joindre dans ce combat.

Visiblement, Christine Kelly a été persuadée par le nouveau projet de Marlène Schiappa. Pour cela, elle décide de rejoindre le nouveau combat de la ministre déléguée. Il s’agit en effet de venir en aide aux enfants victimes de harcèlement scolaire. Effectivement, selon plusieurs observateurs, la situation est fortement critique. De ce fait, les deux femmes décident d’être main dans la main pour combattre ce fléau.

Marlène Schiappa et Christine Kelly, mains dans la main dans un combat


Le 14 mars dernier, Marlène Schiappa a annoncé une grande nouvelle sur les ondes de franceinfo. Selon la ministre déléguée auprès du ministre de l’intérieur chargé de Citoyenneté, un comité pour «mieux outiller les parents» contre le harcèlement scolaire est sur le point de voir le jour. En effet, cette mesure a été prise face aux récentes agressions entre enfants sur le territoire. Inquiétée par la situation elle a indiqué : «Je crois qu’aucun parent n’imagine que son propre enfant est en train de participer à un phénomène de harcèlement ou de cyberharcèlement».

<!–

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Christine Kelly (@christine_kellylea)


Dans ce combat lancé, Marlène Schiappa serait soutenue par Christine Kelly. Sur son compte Twitter, l’ancienne chroniqueuse de TPMP a écrit : «Très heureuse de faire partie du “comité des parents” créé par Marlène Schiappa pour lutter contre le harcèlement. Les enfants des familles monoparentales sont trop souvent victimes». Étant une famille monoparentale, ce n’est pas la première fois qu’elle interpelle l’État sur le sujet. Mais cette fois-ci, son appel semble être entendu à son plus grand bonheur.

Elle demande la «vigilance accrue» des parents


Avec cette nouvelle mission qu’elle va mener aux côtés de Christine Kelly, Marlène Schiappa semble être très investie. Toutefois, elle tenait à alerter les parents. Selon la ministre déléguée auprès du ministre de l’intérieur chargé de Citoyenneté : « Il faut une vigilance accrue ».

Effectivement, elle souhaite prévenir les violences afin que celles-ci ne se multiplient pas. Au micro de franceinfo, elle a regretté : «On ne voit pas toujours ce que font les enfants et les adolescents sur les réseaux sociaux».