Il y a des mois de cela, Christophe Dominici est retrouvé sans vie à l’intérieur d’un parc. Selon les enquêteurs, le célèbre rugbyman de 48 ans se serait suicidé.

Un incident qui a totalement anéanti sa famille, mais aussi ses fans. Bien évidemment, il y a eu bon nombre d’hommages à son égard sur les réseaux sociaux.

Christophe Dominici, une mort atroce


« Je suis totalement sous le choc. Christophe, c’était vraiment le mec hyper solaire, qui faisait tout le temps des blagues. Il avait vraiment l’esprit du bon vivant sportif en fait (…) Il m’a ouvert les portes de sa maison, je connaissais sa femme et ses enfants. C’est quelqu’un qui était vraiment très chaleureux en fait, il avait tout pour être heureux », a déclaré son ami de toujours Candice Pascal. Ce dernier était sous le coup de l’émotion lors de cet entretien. « Retrouvé inanimé le 24 novembre dernier, Christophe Dominici a laissé derrière lui ses deux filles et sa femme Loretta. Toutefois, les relations entre ses parents et sa veuve ne sont pas au beau fixe. Une situation que son père Jean avait relatée. Après avoir dévoilé que son fils aurait pu être sauvé s’il avait été suivi correctement pour sa dépression », a souligné le magazine Closer.

« Sa veuve ne veut pas croire à la thèse du suicide. Elle ne cesse de le répéter aux enquêteurs », a affirmé le journal Le Parisien. Loretta Denaro croit dur comme fer que son mari ne s’était pas donné la mort. Toutefois, un témoin qui a assisté à cette thèse affirme une tout autre conclusion. « Christophe Dominici aurait fait une chute d’une dizaine de mètres. Après être tombé d’un toit », ont dévoilé nos confrères de Public.

Une famille en deuil et en guerre


Cet incident a totalement brisé cette famille, qui est au bord de l’implosé. De plus, les relations entre la veuve de Christophe Dominici et son père s’étaient fortement dégradées. Jean Dominici reproche à sa belle-fille de n’avoir pas bien suivi le traitement de son défunt époux. Notant que ce dernier souffrait de grave dépression. Son beau-père affirme qu’elle serait « responsable » du suicide de Christophe Dominici. « La situation est ambiguë. Ma belle-fille nous accuse d’avoir du ressentiment envers elle », dévoile Jean Dominici. Par la même occasion, il déplore le fait de ne pas voir ses deux petites filles. « Nous sommes venues à Paris, mais nous n’avons pas osé venir chez eux. On les a seulement vues à la sortie de l’école, à l’équitation. Je n’ai toujours pas compris », a-t-il martelé durant une entrevue auprès du journal Le Figaro.