Charlène de Monaco aurait fait une crise de paranoïa, ce serait la raison pour laquelle elle n’était pas présente au Bal de la Rose. Il se peut qu’elle ait évité de participer à l’évènement à cause de sa belle-sœur Caroline de Monaco.

Absence de la première dame monégasque au Bal de la Rose

Contre toute attente, Charlène de Monaco n’est pas apparue lors du Bal de la Rose. Pourtant Caroline de Monaco était présente avec ses filles et leurs compagnons respectifs. La demi-sœur de Charlène de Monaco semblait être très à l’aise et dans son milieu, accompagnée de son clan. Cependant, c’est la présence de Stéphane Bern qui a le plus étonné. Il semble que le Palais ne lui en veut pas pour son long article concernant la première dame monégasque.

En effet, le spécialiste des têtes couronnées a écrit un article considéré pour par les fans comme une charge contre Charlène de Monaco. Cela s’est passé durant son isolement en Afrique du Sud. D’après Stéphane Bern, Charlène de Monaco était sous emprise. Pour lui, le fait que la princesse se soit exilée pendant 6 mois relève d’un abandon de poste. En effet, selon les mots du journaliste, pour les patriotes monégasques, briller par son look ou ses absences d’un soir peut constituer une forme de revanche mais ce n’est plus le cas si l’absence dure un semestre.

Crise de Paranoïa pour Charlène de Monaco

Outre ses commentaires concernant l’absence de la princesse, le journaliste a également mis en avant les crises de paranoïa de l’épouse du prince Albert de Monaco. Il a également souligné les valses de son entourage en son encontre.

Selon lui, Charlène de Monaco aurait commencé à se méfier de tout le monde. Elle aurait même coupé les ponts avec son entourage, un par un. Par la suite, elle aurait cédé aux dires médiocres de certains profiteurs. D’après le spécialiste, la princesse aurait demandé au Palais de les appointer avant de larguer les amarres.

Durant sa période de crise, la plupart des gens pensaient que l’ancienne championne de natation était influencée par Dawn Earl. Cette dernière n’est autre que la dirigeante d’une secte australienne.