L’inflation se fait sentir depuis l’année dernière. Aussi, de nouveaux seuils des allocations familiales ont été fixés pour palier à cette situation.

Inflation galopante en 2022

Une chose est sûre, la situation économique ne cesse d’empirer depuis 2 ans. En effet, le déséquilibre des activités dû au Covid-19, combiné à la guerre en Ukraine, a grandement impacté le pouvoir d’achat des Français. Le directeur des études politiques de l’institut Kantar Public Emmanuel Rivière déplore d’ailleurs cette situation.

D’après lui, les aides de la Caisse des Allocations Familiales ou CAF sont plus que jamais importantes pour permettre aux citoyens d’arrondir les fins de mois. On parle ici de plus de 2 millions de bénéficiaires. En tout cas, ça semble être une aubaine qu’il y ait de nouveaux seuils des allocations familiales cette année. 2023 semble être une année pleine de nouveautés.

Les nouveaux seuils des allocations familiales en 2023

Pour rappel, les allocations familiales sont versées à toutes personnes ayant au minimum 2 enfants à charge. Bien sûr, ces derniers ne doivent pas dépasser les 20 ans. À partir de là, la CAF se chargera du versement tous les mois. Néanmoins, les aides doivent aussi s’adapter à la crise. Aussi, de nouveaux seuils des allocations familiales ont été établis pour faire face aux 5,2% d’inflation de 2022.

D’après le site service-public, la hausse serait calculée à partir du revenu net catégoriel de 2021. C’est-à-dire en prenant en compte l’ensemble des revenus de la personne, tout en prenant soin de retirer les charges et les abattements fiscaux. En somme, la mutualité sociale agricole et la CAF ont confirmé une hausse de 1,6%.

À combien pouvez-vous prétendre avec les nouveaux seuils des allocations familiales

Un tableau peut être consulté sur le site de la CAF pour déterminer le changement des aides à percevoir. Comme d’habitude, ces derniers varient selon le montant des revenus annuels du ménage. Aussi, un ménage ayant un revenu dépassant les 94 893 euros ne pourra prétendre qu’à 34,96 euros.

Pour relativiser, un ménage ayant des revenus annuels inférieur à 71 194 euros pourra toucher 139,83 euros par mois. Une chose est sûre, les nouveaux seuils des allocations familiales représentent un support certain pour les foyers les plus modestes.