Diam’s se livre à des confidences troublantes notamment sur une maladie mentale après son retrait. Ces révélations viennent de son entretien avec Augustin Trapenard. Retour sur les dépressions que Mélanie Diam’s a subi pendant plusieurs années.

Le documentaire sur Diam’s

Après douze longues années de retrait sur la scène musicale, Diam’s revient sous les feux des projecteurs. En effet, la veille de la projection de Salam au Festival des Cannes, Augustin Trapenard a eu l’opportunité de l’interviewer.

L’ancienne chanteuse se livre sur son parcours et sa dépression. D’ailleurs, les confidences de l’artiste seront diffusées ce jeudi 26 mai à 20h30. Par contre, quelques extraits de ladite documentaire sont déjà diffusés ultérieurement.

Durant son interview Diam’s confie qu’elle a l’impression de confier les clefs de sa vie à quelqu’un d’autre afin de constituer un film. Certes, elle se sent touchée que l’on puisse s’intéresser à son parcours ou à sa vie mais il serait inadmissible pour elle de laisser des inconnus parler à sa place. Sa dépression, ses souffrances, sa quête et sa reconnaissance, elle préfère l’écrire elle-même. De ce fait, elle reprend la plume, comme à son habitude.

Diam’s, face à une maladie mentale ?

Par contre, même si ses confidences ne sont pas encore publiées, les réactions sur la toile se répandent. Le débat concerne surtout autour de la dépression de Diam’s. De ce fait, on a pu lire de nombreux commentaires à ce propos sur les réseaux sociaux.

Certains internautes affirment dans leur publication que Diam’s n’est pas une maladie mentale. En effet, elle a fait une dépression.

Une autre riposte que la dépression fait partie d’une maladie mentale, d’ailleurs, ce n’est en aucun cas un vilain mot.

Ses confidences dans Salam, en sélection officielle à Cannes 2022

Pour revenir sur son parcours, Diam’s se livre à cœur ouvert sur ce mal qui la ronge depuis un certain temps.

Au fil des temps durant sa carrière, elle a eu l’impression de s’enfoncer de plus en plus, de faire une chute interminable ou de tomber dans le vide. Les gens qui chantent, la musique trop forte étouffe le cri de son âme qui appelle au secours, confie-t-elle dans son documentaire.

Alors que dans la salle, tout le monde chante et danse, pour Diam’s, tout est vide. En effet, elle souligne que durant ces temps, elle mène une vie vide. « Vide de sens entouré de gens avides de fric, de filles, de débats stupides ».

De son côté, elle fait semblant que tout allait bien. Mais au bout d’un moment, elle ne peut plus supporter cette situation et commence à prendre des médicaments à en dépendre au fil des temps. Elle sombre de plus en plus sans que personne ne s’en rende compte.