Une fin de mois difficile pour Dominique Tapie, dernière solution, vendre ses biens. Dominique Tapie traverse de nombreuses difficultés après la mort de son mari Bernard Tapie. Elle n’a plus beaucoup de choix que de vendre la plupart de ses biens.

Dans une impasse, Dominique Tapie emploie les grands moyens


Après la mort de son regretté mari, Dominique Tapie vit une vie assez mouvementée. Elle ne saurait plus faire face à toutes ses fins de mois. De ce fait, elle n’a plus d’autres moyens que de céder quelques-uns de ses affaires personnelles. Une épreuve difficile pour la veuve, elle est obligée de vendre ses biens, dont quelques pièces Hermès.

Le rapport du magazine France Dimanche explique en même temps la rude situation dans laquelle se situe Dominique Tapie. Il confirme que la veuve de Bernard Tapie a des problèmes pour gérer ses budgets.

La veuve de Bernard Tapie vend ses biens comme solution à ses problèmes


Selon la publication, il est bien précisé que la veuve du défunt ancien patron de l’OM, ne recevrait pas plus de 450 euros tous les mois pour sa retraite. Cette somme coïncide à la moitié, que son mari Bernard Tapie reçoit comme pension mensuelle en tant qu’ancien député.

De ce fait, Dominique Tapie n’arrive pas bien à gérer son budget. La mère de famille a été contrainte de faire céder plusieurs pièces dans son placard. Ses vêtements de grandes marques ainsi que ses sacs hermès y passent tous.

Dominique Tapie ne vit pas seule, mais soutenue par des proches


C’est dans les situations difficiles que les vrais amis restent là, pour nous soutenir. Une phrase bien approuvée par Dominique Tapie qui est dans une impasse en ce moment. En effet, malgré le fait qu’elle traverse de nombreux problèmes, ses proches ne la laissent pas tomber pour autant. Il est question surtout de son ami de longue date Jean-Louis Borloo, un ancien député européen.

Le France Dimanche rapporte que cet ami est très loyal envers la veuve. Il pourrait même aller jusqu’à lui céder un appartement où Dominique Tapie avait l’habitude de faire une petite promenade avec son chien Babar. Cette dernière en effet, est accrochée à la rive gauche se situant à la capitale.

Il est bien vu que la mère de Laurent et Sophie Tapie puisse un jour surmonter toutes ces difficultés. Ce ne sera pas peut-être pour tout de suite, mais cela se ferait avec douceur, mais sûr. La veuve de Bernard Tapis aura l’occasion d’acquitter ses factures dans un livre.