Le 5 décembre marque la mise en place de l’embargo sur le pétrole russe. Mais cela peut également entraîner une augmentation des prix du carburant.

Un embargo qui affecte le prix du carburant

Cela fait plusieurs mois que l’Europe avait décidé de mettre en place un embargo sur le pétrole Russe. Ceci dans l’objectif de priver Moscou des moyens financiers pour alimenter sa guerre contre l’Ukraine. Une mesure supposée être efficace étant donné que l’Union Européenne est le premier importateur de pétrole russe. Mais il est désormais temps de passer à la caisse.

En effet, cette sanction s’est mise en place le 5 décembre. Depuis, il y a de moins en moins de pétrole brut sur le marché. Et comme l’acheminement de pétrole par voie maritime va diminuer, l’Europe a déjà commencé à se préparer. En effet, ces derniers temps, les dirigeants ont diversifié au maximum leurs approvisionnements. Mais malgré tout, cet embargo pourrait affecter le prix du carburant.

Grande décision du G7 et l’Australie

Un peu de pétrole russe entrera quand même dans nos frontières. Et ce à cause de la Hongrie et la Bulgarie qui dépendent du pétrole de la Russie. Ainsi, face à cette situation, le G7 et l’Australie se sont donc réunis ce Vendredi 2 décembre. Ils se sont mis d’accord sur certaines mesures visant à dissuader les membres d’acheter du pétrole russe.

Aussi, désormais, tout pays qui en achètera à plus de 60 dollars le baril s’expose à des sanctions du G7. De plus, on n’assurera plus les bateaux acheminant du pétrole russe au-dessus de ce tarif. Cette mesure va peut-être réduire le pétrole en circulation mais ne maintiendra pas le prix du carburant.

La hausse du prix du carburant prévu pour 2023

Vu le contexte mondial, l’Organisation des pays exportateurs de pétrole s’est réunie le dimanche 4 décembre dernier. Ils ont décidé de garder leurs quotas et donc de rester sur la production actuelle. Néanmoins, les pays membres ont drastiquement réduit cette production à travers les années. En effet, ils essayent de maintenir le prix du carburant en limitant les volumes sur le marché. Mais la combinaison de ces situations risque de faire repartir les prix à la hausse.

En prenant en compte le décalage entre les facteurs et l’augmentation, cette hausse devrait intervenir début 2023. Sauf que c’est aussi à ce moment-là que la ristourne à la pompe du Gouvernement prendra fin. Sans oublier le deuxième embargo prévu pour février prochain. Cette fois c’est exclusivement pour les produits pétroliers raffinés comme le diesel. Aussi autant se tenir prêt, le carburant pourrait voir son prix augmenter.