Lors d’un discours depuis Tahiti, Emmanuel Macron a taclé les anti-vaccins. En même temps il a avoué comprendre ceux qui ne sont pas du même avis que lui.

En voyage officiel à la Polynésie française, Emmanuel Macron a décidé de prononcer un discours très remarqué sur la vaccination. À l’occasion, il en a profité pour adresser un message aux soignants.

Un «combat essentiel»


Le chef de l’État a d’abord lancé : « Tous les soignants que j’ai pu voir depuis le début de mon passage ici ont été clairs : “nous croyons en la vaccination”. Vous êtes tous engagés dans des métiers de science et de soin, quand la science donne des armes, il faut les utiliser». Avant de rappeler que la vaccination est un « combat essentiel ».

Le chef de l’État s’exprimait devant des soignants du Centre Hospitalier de la Polynésie française. (photo AFP)

Et d’ajouter : « Les soldats du premier front, c’est vous et je sais que vous allez êtes soumis à une grande pression dans les prochaines semaines. Merci à nouveau de cela. J’espère que nos concitoyens mesurent la chance qu’ils ont d’avoir des femmes et des hommes qui donnent de leur temps pour soigner, pour accompagner ».

Emmanuel Macron : son message fort aux anti-vaccins


Lors de son discours depuis Tahiti, Emmanuel Macron a tenu à prévenir que « L’épidémie est en train de reprendre». Et d’ajouter : «Mon message est simple : se vacciner». Dans la foulée, il a taclé les anti-vaccins.

Dans un premier temps, il a lancé : «Si on aime sa propre liberté et qu’on respecte les autres, le seul geste à faire est de se faire vacciner». Avant de poursuivre : «Aucune liberté n’existe sans devoir. […] La liberté où je ne dois rien à personne n’existe pas. Que vaut votre liberté si vous me dites que vous ne voulez pas vous faire vacciner? Si demain vous contaminez votre père, votre mère ou moi-même, je suis victime de votre liberté […] Ça n’est pas la liberté, ça s’appelle l’irresponsabilité, l’égoïsme».

À l’occasion, le président de la République a également glissé un mot sur les manifestations contre le pass sanitaire. Ces dernières qui ont réussi à réunir environ 161 000 personnes dans tout le pays le samedi 24 juillet. Emmanuel Macron affirme : « Je respecte toute personne qui s’exprime librement dans notre pays. Je les écoute avec beaucoup de considération».