Eric Zemmour et Sarah Knafo sont sous les feux des projecteurs depuis que ce dernier a décidé de se présenter à la présidence. Bien que Mylène C ait accepté de soutenir son ex-mari dans l’élection à la présidence, il y a toujours une certaine tension entre eux. Au tribunal, Eric Zemmour évite même de croiser son ex-femme.

Une esquive au tribunal


Eric Zemmour et Sarah Knafo se lancent dans la campagne présidentielle sans trop se soucier des affaires personnelles du polémiste avec son ex-femme. Il ne s’est même pas présenté au tribunal où il aurait dû être jugé cette semaine.

Alors qu’il se présente avec Mylène C en général au tribunal, il décide de ne pas venir. Cette absence brouille l’état de sa relation avec son ex-femme auprès du public mais aussi des journalistes. Le magazine Public rappelle la dispute d’Éric Zemmour et de Mylène C dans un restaurant.

Eric Zemmour et Sarah Knafo ignorés au tribunal


Mylène C est une avocate spécialisée dans le droit de faillite et elle devrait briller maintenant que son ex-mari. Ce dernier devait répondre d’une accusation portée contre lui. C’était une provocation à la haine raciale à cause de ses dires le 29 septembre 2020 lors de son émission sur C news.

Avec la réticence de Mylène vis-à-vis de la candidature d’Éric Zemmour, elle a fini par céder. Elle était méfiante à cause de ses enfants, et la prise de risque du polémiste allait affecter toute la famille.

Des propos raciaux soufflés par Sarah Knafo


Sarah Knafo était sa conseillère avant de devenir sa compagne, et maintenant peut être la mère de son prochain enfant. Mylène et son ex-mari se sont disputés dans un restaurant et cette dernière a décidé de prendre ses distances, même à la cour.

Le 17 janvier dernier, Eric Zemmour devait passait devant les jurés à cause de ses propos raciaux envers les mineurs isolés. Il les avait traités d’assassins, mais aussi de voleurs et de violeurs.

« Ils n’ont rien à faire ici, ils sont voleurs, ils sont assassins, ils sont violeurs, c’est tout ce qu’ils sont, il faut les renvoyer et il ne faut même pas qu’ils viennent », avait-il lancé à propos des mineurs isolés.

Il ne s’est pas présenté mais à la place, Olivier Pardo l’a représenté, à la suite, il a écopé d’une amende de 10 000 euros.