Cette femme a perdu plus de 300 euros à cause d’une escroquerie sur Facebook. La prudence est de mise surtout en ces périodes de fêtes.

Escroquerie sur Facebook : les cas se multiplient

Avec la crise économique et les fêtes de fin d’année, chacun fait ce qu’il peut pour arrondir les fins de mois. Mais certaines personnes préfèrent se tourner vers des méthodes peu élogieuses pour gagner de l’argent. En effet, avec l’évolution de la technologie, de nombreuses arnaques se propagent sur le net.

Le plus souvent, ils figurent sur les réseaux sociaux. Cela inclut les faux vendeurs, ceux qui demandent de l’argent pour une aide, mais aussi les faux établissements de crédit. Marie-Laure Chollet, une mère de famille a malheureusement été victime d’une escroquerie sur Facebook récemment. Elle raconte son histoire pour alerter au sujet de cette situation.

Marie-Laure Chollet tombe sur une société fictive

L’histoire commence en novembre dernier sur Facebook. Marie-Laure Chollet, une mère de famille en situation précaire parcourait son fil d’actualité comme d’habitude. C’est là qu’elle était tombée sur un profil qui s’appelait « Société d’aide rapide aux personnes en situation de précarité ». Curieuse, la femme laissa un commentaire, auquel la société fictive s’était empressée de répondre. Elle les questionna alors sur la possibilité d’emprunter 2500 euros. Les malfaiteurs ont évidemment accepté cette demande sous certaines conditions.

Ainsi, l’escroquerie sur Facebook s’est poursuivie. D’abord, ils demandèrent à la mère de famille d’accomplir quelques démarches pour débloquer les fonds. La principale partie étant bien sûr de verser quelques euros pour soi-disant finaliser la transaction. Puis, les malfaiteurs ont embrouillé leur victime à travers des démarches administratives inutiles. Ils lui ont par ailleurs demandé son état civil, l’état de ses revenus et son adresse.

Marie-Laure Chollet perd plus de 300 euros à cause de cette escroquerie sur Facebook

Pour finaliser sa demande, les malfaiteurs lui ont demandé de verser 107 euros. Marie-Laure Chollet ne se doutant de rien a alors effectué la transaction. Quelques jours plus tard, voyant une opportunité d’obtenir plus, la femme a décidé de demander 2500 euros supplémentaires avant que la transaction ne se fasse. Cette fois, on lui a demandé 212 euros pour débloquer les fonds. Elle espérait ainsi obtenir un prêt de 5000 euros pour faire face à sa malchance financière du moment.

Mais malheureusement, cet argent ne lui est jamais parvenu, elle était tombée sur des escrocs. De plus, ces derniers ont su brouiller les pistes en ne communiquant avec leur victime qu’à travers Messenger. Ainsi, il n’y a eu aucune trace d’appel ni de courrier électronique. Marie-Laure Chollet tente désormais d’expliquer à sa banque qu’elle a été victime d’une escroquerie sur Facebook et espère se faire rembourser.