Etienne Daho confie son étrange prémonition sur sa page Facebook à propos de la mort de son amie Dani. Pour rappel, la chanteuse et commédienne est décédée à la suite d’un malaise à l’âge de 77 ans.

Etienne Daho, son étrange prémonition


Etienne Daho revient sur les derniers et ultimes instants  de vie de son amie Dani. En effet, pour mémoire, les deux artistes collaborent pour le titre Comme un boomerang en 2001. Ensuite, ils prévoient de sortir un nouveau morceau ensemble qu’ils baptisent Attention, départ.

Coïncidence ou prémonition ? Le suspens règne.
Etienne Daho se confie sur sa dernière discussion avec Dani dans sa publication sur les réseaux sociaux.

Les confidences d’Etienne Daho


Le chanteur Etienne Daho évoque avec tristesse les derniers instants de vie de Dani. Sur les réseaux sociaux, il affirme que les deux artistes se sont parlé la veille de la disparition de la chanteuse et comédienne.

Cette dernière serait au fond dans leur projet en commun. Surtout qu’elle est en pleine préparation de son prochain album.

Selon ses dires, Dani souhaitait enregistrer ses titres avec Etienne Daho qui considère leur titre Attention, départ ! comme une prémonition. Le chanteur partage également à ses abonnés virtuels que le titre Boomerang est d’ailleurs considéré comme un signe de Serge Gainsbourg. Cependant, ce tube les a portés si haut et a permis à Dani de renouer avec le public.

Un bel hommage


Deux heures après l’annonce de la mort de Dani, son ami Étienne Daho s’empare de son compte Instagram pour lui rendre hommage. Selon le communiqué de son manager le 19 juillet dernier à l’AFP, elle est décédée à la suite d’un malaise survenu dans la région de Tours dans sa demeure.

Lors de sa confidence, Étienne Daho vante les qualités de la chanteuse Dani. D’ailleurs, avec son émouvant message, le chanteur de 66 ans publie plusieurs photos représentant la carrière de son amie.

« Toi l’inclassable, libre, si jeune. Mannequin, actrice, meneuse de revues, chanteuse, rosiériste. Tu as tout fait avec l’élégance des dilettantes, surfant, hors des clous, sans te laisser enfermer dans les cases dans lesquelles on voulait t’enfermer, charmant ton monde de ta malice et de ta voix grave, sensible, planquée dans les volutes de fumée de tes cigarettes. Si rock, mais toi pour de vrai », conclut Étienne Daho.