En plus d’une supposée fausse-couche pour Sarah Knafo, elle ferait également face à une rivale de taille qui serait aux côtés de son homme. En effet, une autre femme prend de plus en plus de place auprès d’Eric Zemmour depuis quelques temps.

Fausse-couche pour Sarah Knafo

Deux mois avant la date prévue pour son accouchement, la compagne d’Eric Zemmour aurait fait une fausse-couche. En effet, tout semblait parfait pour le candidat à l’Élysée jusqu’à l’entente de la mauvaise nouvelle concernant Sarah Knafo. Suite à la terrible nouvelle de la perte de son bébé, il semble plus fragile et désorienté. Selon certaines informations, son moral aurait pris un coup quelques jours avant son voyage vers la Normandie.

Avec son travail de conseillère, Sarah Knafo aurait beaucoup de travail sur les bras. En effet, malgré son état de santé, elle est surchargée et n’a pas le droit à l’erreur. La pression et la fatigue seraient parmi les raisons pour lesquelles elle aurait perdu son enfant. D’après les rumeurs, la magistrate à la Cour des Comptes aurait su la terrible nouvelle en mi-février 2022.

En plus de cette mauvaise nouvelle, une autre femme se rapprocherait de plus en plus de son homme et lui ferait de l’ombre.

Une rivale de taille pour la compagne d’Eric Zemmour

Depuis quelques mois, il a été révélé que Marion Maréchal s’est penché du côté d’Eric Zemmour. En effet, elle aurait tourné le dos à sa tante pour se joindre à son pire ennemi. En fait, Sarah Knafo et son candidat auraient réussi à convaincre la nièce de Marine le Pen de les rejoindre.

Pour Eric Zemmour, c’est une opportunité et une chance qu’elle ait accepté. Marion Maréchal est bien partie pour donner une nouvelle dynamique à la campagne du candidat. En plus, elle serait la deuxième personnalité politique préférée des électeurs du Rassemblement national après sa tante. Cette femme de pouvoir considérée comme la rivale de Sarah Knafo bénéficierait de 41% d’opinions favorables auprès des sympathisants Les Républicains.

Dans son projet, Eric Zemmour s’adresse alors autant aux électeurs de Marine Le Pen qu’à ceux de Valérie Pécresse. Le candidat à l’Élysée n’hésite pas à mettre en avant les atouts de son équipe contre ses adversaires.