Par un partage à propos de l’affaire PPDA, nous pouvons apercevoir la réaction de Florence Foresti face aux violences. Dans ce sens, la maman d’une adolescente condamne complètement Patrick Poivre d’Arvor persuadée de sa culpabilité dans cette accusation de viol. En même temps, les preuves apportées par Mediapart regroupant une vingtaine de femmes victimes d’agression sexuelle lui porte préjudice.

Florence Foresti face aux violences


En effet, Florence Foresti face aux violences décide d’exprimer son avis sur le réseau social Instagram concernant l’affaire PPDA.
Dans ce sens, le célèbre humoriste admire le courage de toutes ces femmes qui brisent le silence face aux caméras.

Notamment, Mediapart reçoit une vingtaine de femmes sur le plateau pour évoquer le même sujet : la violence qu’elles ont subie.
Apparemment, la maman d’une adolescente salue ces femmes unies, solidaires, se lançant ensemble dans le même combat contre la violence.

De plus, la comédienne française affirme que ces femmes, victimes courageuses représentent un exemple à suivre pour tout le monde.

Révélation choc sur PPDA


En effet, Mediapart reçoit ces vingt femmes sur le plateau pour évoquer la violence sexuelle qu’elles dénoncent devant le tribunal.
Dans ce sens, toutes ces femmes subissent des abus de la part de l’ex-pape du 20 heures de TF1.

Par la suite, encouragée par le mouvement #MeToo ces victimes décident de briser le silence pour dénoncer Patrick Poivre d’Arvor.
Apparemment, ces vingt femmes regroupées par Mediapart se qualifient comme sœurs d’infortune suite à ce combat en commun qu’elles mènent.

En même temps, Florence Foresti face aux violences soutien également toutes ces victimes de PPDA qu’elle juge coupable de viol.

Le traumatisme des victimes


En effet, après avoir subi un viol, s’ouvrir à son entourage pour en parler reste une étape extrêmement difficile à franchir.

Dans ce sens, que ce soit dans un cercle d’amis ou dans un milieu professionnel, certains détournent les propos.
Apparemment, une des victimes de Patrick Poivre d’Arvor confie qu’elle a toujours préféré garder le silence sur cette affaire par peur.

Notamment, la peur de vivre les faits de façon encore plus douloureuse qu’ils ne l’ont jamais été jusqu’à présent.
Et pourtant, cette victime décide de briser le silence devant les caméras de Mediapart et d’arrêter de se cacher.