Le gouvernement français a choisi de déconfiner le pays depuis le moi de mai. Cette décision a été prise suite à la constatation du désastre financier que le covid19 aurait entraîné si le confinement se prolonge.

La pandémie n’est pas encore maîtrisée. Les hôpitaux commencent juste à ne plus être bondé de malades. Les gestes barrières sont toujours d’actualité. De même que l’on constate toujours des nouveaux cas positifs.

Le dilemme des vacances d’été


Les vacances d’été sont synonymes de liberté, de jeu en plein air et surtout de baignade et plage. On doute fort que les vacanciers puissent respecter les gestes barrières en voulant profiter de leurs vacances estivales. Or la France comme les autres pays à travers le monde est encore en plein lutte contre la propagation du covid19.

Certes, le déconfinement est décrété le 11 mai dernier. Mais cela n’implique en aucun cas que le virus a été éradiqué. D’autant plus que jusqu’à présent les chercheurs peinent à trouver le vaccin contre la pandémie. Entre outre, les passages des vacanciers d’un endroit à un autre peuvent contribuer très vite à la propagation du virus. En bref, vacances et covid19 ne riment pas ensemble.

Une deuxième vague de confinement en vue


Les statistiques montrent que la France dispose encore d’environ un millier de nouveaux cas positifs quotidiennement. Ce chiffre est loin d’être le pic toutefois il mérite une réflexion sur la conduite à tenir dans les jours à venir. Comme on le dit dans les publicités, le virus n’a pas de pieds mais ce sont les individus qui lui permettent de voyager. Or le terme “vacance” implique voyager et bouger. Dans ce cas, une forte risque de propagation du virus est à prévoir.

Pour éviter une nouvelle crise sanitaire en France, le gouvernement envisage une deuxième vague de confinement avant la fin des vacances. Même si les gestes barrières constituent un acte citoyen pour protéger de la pandémie, la mise en quarantaine reste la meilleure option. Là dessus les avis se diffèrent. Les incorrigibles optimistes conseillent de continuer le déconfinement afin de mettre à flot l’économie déjà au plus bas. Les autres plutôt défaitistes prévoient une hausse du nombre de malades d’ici la fin des vacances d’été.