Le magazine France Dimanche se penche sur l’évolution de l’état de santé de Françoise Hardy dépendante et assistée au quotidien. Dans ce sens, la célèbre chanteuse diagnostiquée avec un lymphome en 2004 ne serait pas au top de sa forme. En même temps, elle ouvre son cœur sur sa vie qui vire au cauchemar dans le cadre d’une interview exclusive.

Françoise Hardy dépendante et assistée


En effet, le magazine France Dimanche rapporte l’état de Françoise Hardy dépendante et assistée du haut de ses 78 ans.

Dans ce sens, la publication se base sur les révélations de son fils à propos de son quotidien épouvantable.
Apparemment, le chanteur de 49 ans livre quelques confidences à ce propos dans une interview accordée à Pure Charts.

Notamment, Thomas Dutronc reconnait que sa maman doit supporter un inconfort de vie épouvantable, elle ne peut plus rien faire.
Autrement dit, la célèbre chanteuse a besoin de gens pour l’aider dans tout ce qu’elle fait, même pour sa toilette.

Son quotidien épouvantable


En effet, le fils de Françoise Hardy dépendante et assistée confie que sa vie n’est pas drôle.

Dans ce sens, Thomas Dutronc comprend parfaitement la raison pour laquelle sa maman envisage sérieusement l’euthanasie.
Apparemment, le chanteur de 49 ans affirme qu’il soutiendra la décision de sa maman accablée par son quotidien épouvantable.

Néanmoins, il estime qu’elle n’aurait pas le droit d’y avoir recours avant d’avoir essayé les antidépresseurs.
En même temps, la chanteuse aurait peut-être une chance de s’en sortir grâce au soutien de son fils et son clan.

La chanteuse au plus mal


En effet, Françoise Hardy au plus mal avait déjà évoqué son état de santé dans le cadre d’une interview exclusive.

Dans ce sens, elle confie ne plus pouvoir manger normalement, vivre normalement, ni même sortir avec ses amis.
Apparemment, la chanteuse ouvre son cœur en parlant de son quotidien épouvantable au micro de Flavie Flament sur RTL.

Par ailleurs, sa maladie l’affaiblie à un tel point qu’elle ne peut plus rien faire, la poussant à envisager l’euthanasie.
Notamment, elle ne veut pas attendre sur son lit de mort sans pouvoir profiter de la vie comme tout le monde.