Françoise Hardy et Jacques Dutronc ont toujours formé un couple emblématique. Pourtant, la chanteuse a connu l’amour pour la première fois dans les bras du photographe Jean-Marie Périer. Mais tout ne s’était pas passé comme prévu.

Françoise Hardy et Jean-Marie Périer, une idylle laborieuse


Le 10 mars dernier, Françoise Hardy a sorti un livre consacré à sa discographie, intitulé Chanson sur toit et nous. Une rare occasion de faire un retour dans le passé de la chanteuse. En effet, cet ouvrage compile tous les jolis textes de l’artiste depuis 1962. Ils sont même ponctués de notes écrites, mais aussi de souvenir.

Ce n’est plus un secret pour personne, Françoise Hardy a chanté l’amour. Et dans le titre Dans le monde entier, elle évoquait sa relation laborieuse avec Jean-Marie Périer.

Bien évidemment, la chanteuse est toujours connue par sa relation avec Jacques Dutronc, le père de son fils, Thomas Dutronc. Toutefois, elle a vécu d’autres histoires d’amour avec d’autres hommes. À l’exemple de son idylle de plusieurs années avec Jean-Marie Périer, le photographe qui l’a si souvent immortalisée. Malheureusement, leur histoire a pris fin à cause de la distance. Une romance qu’elle racontait en chanson dans les années 1960.

«Je n’ai pas arrêté de pleurer pendant les quatre ans de notre relation»


Lors d’une interview avec Paris Match, Françoise Hardy avait expliqué : « J’exprimais là ma frustration d’être en permanence séparée de Jean-Marie ». Avant de poursuivre : « Nos activités professionnelles respectives nous obligeaient à voyager tout le temps, et il me semble que je n’ai pas arrêté de pleurer pendant les quatre ans de notre relation. Avec lui, j’ai connu cette impression dévastatrice d’être une sorte de repos du guerrier alors qu’on rêvait de rapprochements physiques passionnés ».

Dans le portrait du magazine, l’artiste se décrit comme une jeune femme peu sûre d’elle. Alors qu’elle se donnait toujours corps et âme à ses partenaires. Françoise Hardy se souvient que peut être : « Je me trouvais sans intérêt et avais l’impression que celui qui s’intéressait à moi, ô Jean-Marie Périer, m’idéalisait ». Cette romance avec Jean-Marie Périer fut la première grande histoire d’amour de Françoise Hardy. D’ailleurs, elle parlait de cette idylle un peu plus tôt sur les ondes de France Inter. Durant laquelle, elle admettait que si elle avait été « plus heureuse en amour », elle n’aurait pas été capable d’écrire de si beaux textes. Ces derniers qui ornementent avec douceur sa solitude ainsi que son chagrin.