En décembre dernier, Gérard Depardieu a été mis en examen pour « viols » et « agressions sexuelles ». Récemment, l’acteur de 72 ans est sorti de son silence dans un média italien et affirme qu’il n’a rien à craindre vis-à-vis de l’accusation. En effet, il a démenti cette dernière.

«Je n’ai rien à craindre»


Accusé de viols et d’agressions sexuelles, Gérard Depardieu a été mis en examen en décembre dernier. En effet, le 23 février, cette mise en examen a été révélée à l’AFP par un proche du dossier. Selon la source, ces accusations qui pèsent sur l’acteur remontent à 2018. Des faits que le principal intéressé avait démentis. D’ailleurs, jusqu’à maintenant, aucune mesure de sureté n’a été prise à son égard.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Gérard Depardieu (@_depardieu)

Lors d’une interview accordée au journal La Repubblica, Gérard Depardieu n’a pas échappé à une question sur cette affaire de viols. Pour rappel, cette accusation a été portée contre l’acteur de 72 ans par une jeune actrice dont le nom n’a pas été dévoilé.

Face à la situation, l’acteur est prêt à faire face au tribunal, car il récuse les accusations. Pour cela, il avait avoué qu’il ressent un « sentiment de tristesse et de perplexité devant une histoire infondée ».

Gérard Depardieu avait expliqué : « l’affaire avait été close faute de preuves. Je suis innocent et je n’ai rien à craindre ».

Avant d’ajouter que cette époque est « dominée par un flux continu et impitoyable d’informations qui se déversent sur le net ».

Rebondissement de l’affaire

Pourtant, d’après le magazine people « Le Parisien », des preuves graves ont été trouvées à l’encontre de Gérard Depardieu. Selon la publication du tabloïd : « L’exploitation des téléphones des deux comédiens révèle de nombreux échanges troublants, dont un dans lequel Gérard Depardieu compare sa jeune consœur à la chanteuse Barbara ».

En effet, l’hebdomadaire affirme que cette mise en examen de l’acteur est due à la découverte de preuves très graves et concordantes à l’affaire. Ce qui est sûr, c’est que l’affaire est à suivre…