Guillaume Canet, sur les nerfs, un bébé en cause avec Marion Cotillard ! L’équipe de tournage aurait disparu, le laissant tout seul sur les lieux du tournage. Les détails dans notre article.

Guillaume Canet, sur les nerfs, un bébé en cause

Si le papa de Louise et de Marcel est censé traverser une crise conjugale avec Marion Cotillard, c’est probablement à cause du tournage d’Astérix et d’Obélix L’empire du milieu. Un film dont la sortie officielle est prévue en février 2023. Le tournage ce serait déroulé en Auvergne sur fond de crise de nerfs. L’acteur-réalisateur a partagé une vidéo du moment sur sa page Instagram. Un film dans lequel sa femme tient le rôle de Cléopâtre. « Et un autre bon souvenir de tournage… juillet 2021. Témoignant du beau soleil d’été que nous avons eu. »

Et d’ajouter, « On se croirait en plein film d’horreur à cause du mauvais temps. Une averse en Auvergne en plein mois de juillet ». L’équipe aurait disparu, le laissant tout seul sur les lieux du tournage. Et d’ajouter « Ils sont où, ils sont où on a commencé le tournage, tout va, mais il y a une petite averse, mais ils sont tous repos là. Ca c’est largement calmé, il est temps d’y aller. Y avait plus personne là, ils sont oùùùùùùù ? »

Un tournage sur fond de crise de nerfs

« Ils sont où… pas 10… mais ils sont où ? Pas là !! Mais ils sont oùùùùùù. » Selon le magazine Closer, ce tournage a été fatiguant et aurait contribué à compliquer les relations entre les deux stars. Selon l’hebdomadaire, « Tandis que Guillaume faisait la promo de Lui et continuait à travailler sur son Astérix et Obélix : L’Empire du milieu, attendu en salle le 1er février 2023, Marion, la plus grande star française d’Hollywood, terminait le tournage du biopic sur la vie de la photographe Lee Miller, au côté de Kate Winslet. »

Et à peine rentré des USA, Marion Cotillard s’est rendue à Lille pour le tournage de « Frères et sœurs » d’Arnaud Desplechin au côté de Melvil Poupaud. Des tournages qui permettraient au couple de souffler un peu. Pour l’actrice dans les colonnes de Madame Le Figaro, « Je suis très attentive à préserver la cellule familiale, mais il arrive que le métier empiète sur le sanctuaire privé. »