L’année 2022 a été difficile pour tout le monde à cause de l’inflation, la pénurie et la hausse des prix de l’énergie. Cependant, selon la prévision des spécialistes, les mois à venir s’annoncent encore plus rudes. Les consommateurs devront encore subir les conséquences de l’inflation à compter du mois de mars 2023.

2022, une année difficile


2022 a été marquée par l’inflation. Cela est dû à cause de la pandémie de la Covid-19. En effet, les vagues de confinements depuis 2020 ont apporté une réelle perte pour les entreprises ainsi que pour les fournisseurs. Par conséquent, ils ont été obligés de se rattraper pour l’année 2022.

Par la suite, le prix du pétrole et du gaz a également connu une hausse surtout durant les trois premiers trimestres. Cependant, la situation s’est un peu améliorée pour le quatrième trimestre. En effet, si au mois de mars, le prix du baril était de 124 dollars, elle est descendue à 83 dollars vers la fin de 2022.

Un mois de mars rouge


Face à la forte inflation, le gouvernement a mis en place de nombreuses mesures. Il y a par exemple le bouclier tarifaire, les aides sociales et la remise carburant. Par ailleurs, ces aides n’ont pas permis de contrer définitivement la crise économique.

Selon la prévision d’Olivier Dauvers, expert de la grande distribution, la situation actuelle ne risque pas de s’améliorer dans les prochains mois à venir. Dès le mois de mars 2023, les prix commenceront à augmenter.

De son côté, le patron de E. Leclerc, Michel Édouard Leclerc, a laissé croire lors de son interview à BFMTV, l’inflation sera encore plus terrible. De ce fait, d’après ses prévisions, les prix pourraient augmenter de 10 à 25 % suite à la demande des industriels.

Une baisse du pouvoir d’achat plus forte que jamais


Certes, face à la baisse du pouvoir d’achat des Français, le gouvernement a pris sa part de responsabilité, mais cela n’a pas suffi à atténuer l’inflation. Donc, l’État a opté pour un renforcement des prestations sociales.

D’ailleurs, de nombreuses aides comme les retraites complémentaires ou la taxe d’habitation ont connu une revalorisation. Ceux qui ont permis à de nombreux foyers bénéficiaires de subvenir à leurs besoins.

Toutefois, ces solutions restent éphémères et ne résoudront pas les problèmes liés à l’inflation sur le long terme. On se demande jusqu’où irait cette crise qui apporte avec lui son lot de difficulté.