Jean-Luc Reichmann a souffert de moqueries pendant son enfance. Des souvenirs qui ont beaucoup marqué l’animateur de TF1. Lors d’une interview, il revient sur des séquences humiliantes à cause de sa particularité physique.

Jean-Luc Reichmann victime de moqueries sur une particularité physique


Jean-Luc Reichmann est vraiment discret sur sa vie. Pourtant, il n’hésite pas à hausser le ton quand il s’agit des causes qui lui tiennent à cœur. À l’exemple des personnes handicapées ou encore pour les droits des enfants. Alors que lors d’un entretien, il était surprenant de voir que son combat pour les autres a pris racine grâce à un combat à lui-même. En effet, Jean-Luc Reichmann a été victime d’humiliations durant ses années scolaires. Sa tache de vin faisait de lui la cible de moqueries blessantes durant toute son enfance. Pour cela, il a toujours voulu protéger les enfants pour qu’ils ne vivent pas les mêmes problèmes que lui. Lors de son entretien, l’animateur a confié : «Si Matteï a été le premier à mettre les enfants en avant, c’est d’abord parce qu’il est le reflet de ma situation de père de famille de six enfants».

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Enzo Bangoni (@enzobangoni)

L’animateur phare de TF1 a fait ses débuts dans le monde télévisé en présentant « Les Z’amours » sur France 2. Alors que pendant les premiers tournages de l’émission, il a été contraint de se maquiller pour cacher sa tache de vin. Des faits qui l’ont rendu triste, car il n’a pas pu se reconnaitre à l’écran. Alors malgré les moqueries à ce sujet, Jean-Luc Reichmann a pris le courage à deux mains et a accepté sa particularité physique.

Une enfance difficile


Mais il faut dire que c’est pendant son enfance que l’animateur des « 12 coups de midi » a subi des moqueries qui étaient dures à vivre pour lui. À l’école, les blagues sur sa tache de vin cumulent et les surnoms n’ont cessé de l’accompagner. «Entre cinq et sept ans, je me souviens de petites piques du genre : “Ta mère avait envie de fraise”, “Nez rappé”, etc. Au début, c’est un jeu et après ça fait mal», racontait-il. Mais ce qui l’a traumatisé le plus c’est qu’un jour, en classe, le maitre d’école lui demande de venir au tableau en l’appelant « la tache ». Alors que sa tache de vin est due à une malformation des vaisseaux sanguins. Une malformation qui peut arriver à tout le monde, car c’est une malformation génétique.

Déterminé, il a fait de sa différence une force et décide de raconter son histoire. Dans son livre « Une tache, pistache », il explique que la vie n’a pas toujours été tendre avec lui, surtout pendant son enfance. Heureusement que Jean-Luc Reichmann a réussi à rester fort malgré toutes ces critiques et ces moqueries. Il a même décidé de faire de cette faiblesse une force. Le mari de Nathalie Lecoultre a lancé : «Cette différence, soit elle vous paralyse et vous fait sombrer dans une solitude insupportable, soit vous vous dites : “Profites-en pour en faire ta différence”». De quoi redonner espoir à tous ceux qui font face au harcèlement et dont les différences sont souvent pointées du doigt.