Ex-président LR de la région Grand-Est, Jean Rottner va être nominé au cabinet de conseil et promoteur immobilier Réalités. Beaucoup critiquent cela.

Jean Rottner démissionne de son poste


Les présidents des régions sont élus par un scrutin régional. Pour celui de la région Grand-Est, il a été effectué en 2021. Ainsi, c’est à cette année que Jean Rottner a été élu comme président de cette région.

Mais après un an de bons et loyaux services, l’homme politique français décide de se retirer. En effet, il démissionne de ce poste vers la fin de l’année 2022. D’ailleurs, cette dernière est devenue effective le Vendredi 30 décembre dernier. Tout le monde s’est alors demandé pourquoi il a fait un tel geste. Mais on dirait que la réponse à cette question est vite arrivée.

Un nouveau poste au rendez-vous


Bientôt, Jean Rottner aura un nouveau poste. En effet, il sera bientôt nominé au cabinet de conseil et promoteur immobilier Réalités. Mais cette nomination ne plait pas à beaucoup de personnes.

Par exemple, il y a Eliane Romani qui plane le doute sur la transparence de cette nomination. En effet, elle confie à l’AFP que selon elle, la nomination est arrivée trop rapidement. Ainsi, cela nous laisse croire qu’elle a été prévue depuis très longtemps.

La cheffe de file du groupe écologiste continue en rajoutant que le politicien a sûrement utilisé son réseau. Il s’agit de celui qu’il a acquis dans ses fonctions publiques. Pour elle ce cas présent est la définition même du mot pantouflage.

Une nomination qui inquiète plus d’un


Avec ce nouveau poste, Jean Rottner passe du secteur public au secteur privé. Ainsi, beaucoup redoute un risque de conflit d’intérêts. En effet, comme Christophe Choserot de Renaissance le souligne, « il part avec une quantité de données territoriales importantes ». Ce qui sera un très grand atout pour le cabinet de conseil et promoteur immobilier Réalités.

En tant qu’ancien président de région, il est la personne idéale pour faire du conseil et de l’accompagnement territorial. Cette conversion du politicien a été rapportée à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP). Ainsi, dans son avis, elle qualifie cela de « compatible avec réserve ».