La chanteuse Jenifer lâche Karim Benzema avec lequel elle aurait entretenu une relation de couple il y a quelques années. Dans ce sens, celle qui partage actuellement la vie d’Ambroise révèle son véritable coup de cœur sur les réseaux sociaux. Apparemment, il s’agit du club l’AC Ajaccio que l’artiste décorée soutient depuis toujours et non pas le Real de Madrid.

Son vrai coup de cœur révélé


En effet, la célèbre chanteuse française n’hésite pas à balancer son soutien pour son équipe de cœur sur sa story Instagram.

Dans ce sens, la maman de Juvanni poste une photo du terrain après l’accession du club à la Ligue 1.
Notamment, la compagne d’Ambroise publie « inseme (ensemble) ! Forza ACA » pour soutenir son équipe de cœur l’AC Ajaccio.

Apparemment, les observateurs interprètent suite à ce post que Jenifer lâche Karim Benzema et son club quelques années après leur présumée idylle.
En même temps, actuellement Jenifer peut compter sur le restaurateur et pilote pour la soutenir dans sa vie au quotidien.

Jenifer lâche Karim Benzema


En effet, la victoire face à Toulouse signifie pour l’AC Ajaccio la seconde place et l’accession à la Ligue 1.

Dans ce sens, Jenifer lâche Karim Benzema et le real de Madrid pour apporter son soutien à son club de cœur.
Apparemment, devant plus de 8000 spectateurs Nouri marque un pénalty et remporte le point qui mène à la victoire.

Par ailleurs, la relation entre la chanteuse et le célèbre footballeur lancée par le magazine Voici date d’une dizaine d’année.
Par la suite, les magazines Closer et Public se penchent également sur cette présumée idylle entre la séduisante brune et Karim Benzema.

L’affaire au tribunal de Benzema


En effet, celui qui partage la vie de Chloé de Launy actuellement dénoncent ces magazines devant le tribunal à l’époque.

Dans ce sens, l’avocat de Karim Benzema estime que les médias alimentent cette rumeur comme il s’agit de Jenifer.
En d’autres termes, si le footballeur partage une relation avec une inconnue, personne ne va dénier évoquer cette affaire.

Par ailleurs, malgré cette poursuite en justice, le magazine Voici maintient sa version et dédie même sa Une pour ce dossier.
Notamment, la publication affirme que les journalistes doivent avoir le droit travailler librement comme les agents ou les responsables communication.