L’agent de Karim Benzema comblé avec Jordan décide de briser le silence pour dénoncer le coup foireux d’un pervers sexuel. Dans ce sens, Didier Deschamps écarte le Ballon d’or 2022 de la coupe du monde en raison d’une vilaine blessure. Par conséquent, suite à ses publications sur Twitter, les internautes considèrent l’agent du footballeur comme une mauvaise influence.

Karim Benzema comblé avec Jordan


En effet, le patron des bleus refuse de laisser à Karim Benzema comblé avec Jordan une chance après sa blessure.

Dans ce sens, M. Djaziri son agent évoque ce sujet sur le réseau Twitter et en profite pour balancer un dossier.
Apparemment, il souhaite dénoncer le coup foireux du médecin de l’équipe de France contre le Ballon d’or 2022.

Notamment, le footballeur international français se retrouve écarté des terrains suite à sa vilaine blessure.
Et pourtant, Raphaël Varane qui a également subit une blessure à la cuisse a eu la chance de revenir sur les terrains.

Son agent dénonce un coup foireux


En effet, l’agent de Karim Benzema profite de son post sur Twitter pour dénoncer un pervers sexuel.

Dans ce sens, celui qui partage la vie de Jordan Ozuna décide de reprendre les entrainements une semaine après son départ.
Notamment, dans le but de pouvoir jouer 30 mn en amical avec le Real Madrid après 4 jours.

Et pourtant, Stéphan l’adjoint de Didier Deschamps estime que le Ballon d’or 2022 ne peut pas participer au tournoi.
Par conséquent, M. Djaziri confirme les propos de Daniel Riolo en balançant sur Twitter « continuez à mentir la vérité arrive ».

Une mauvaise influence


Par la suite, un certain Thomas reproche à l’agent de Karim Benzema comblé avec Jordan d’avoir une mauvaise influence.

Dans ce sens, il écrit que Didier Deschamps a préféré se passer de Benzema par la faute de Mr Djaziri.
Par conséquent, l’agent du Ballon d’or 2022 ne manque pas de rétorquer en affirmant qu’il ne veut pas des conseils d’un pervers.

Apparemment, Mr Djaziri n’hésite pas à poster la photo d’une jeune fille que ce certain Thomas avait partagé.
Notamment, il rajoute « tu étais sûr que cette jeune fille était majeure », le traitant de pervers sexuel.