Fayza Lamari livre quelques confidences sur l’état actuel de son fils Kylian Mbappé tourmenté comme Karim Benzema par les critiques. Dans ce sens, la maman du célèbre attaquant affirme que son fils ne supporte plus les articles à charges de l’Équipe. En même temps, la star du foot permet à son équipe de se qualifier pour les huitièmes de finale.

Les confidences de sa maman


En effet, face à Kylian Mbappé tourmenté comme Karim Benzema par les articles à charges de l’Équipe, sa maman réagit.

Dans ce sens, Fayza Lamari décide de relayer un message en utilisant des termes crus pour dénoncer cette publication.
En même temps, la mère du champion du monde n’hésite pas à qualifier le magazine l’Équipe de schizophrène.

Apparemment, ce journal avec sa capacité de pouvoir « chier » sur un joueur à longueurs de temps la surprend.
Et pourtant, le même magazine n’hésite pas par la suite à essayer d’en faire le sauveur d’une nation dans son storytelling.

Kylian Mbappé tourmenté comme Karim Benzema


En effet, Kylian Mbappé tourmenté par ces articles à charges prend la décision de garder le silence pour le moment.

Dans ce sens, la publication voit en lui un schizophrène mais cette description changera définitivement quand il jouera à l’étranger.
En même temps, l’Équipe n’hésite pas à mettre toute la responsabilité sur le jeune athlète en cas d’un éventuel échec.

D’un autre côté, Karim Benzema qui se retrouve dans la même situation face à cette publication brise également le silence.
Apparemment, il vise la rédaction du magazine l’Équipe par son post « Bien trop de dignité » sur Instagram.

La réaction des fans


En effet, Karim Benzema comme Kylian Mbappé souvent torpillé sur Twitter peut toujours compter sur le soutien des fans.

Dans ce sens, sa communauté virtuelle valide totalement son attitude très digne de laisser couler les fausses polémiques.
En même temps, les internautes rajoutent que la rédaction du magazine l’Équipe n’a pas bien digéré son ballon d’or.

Apparemment, la publication ne devrait pas s’en prendre à un joueur aussi respectable sur le terrain comme en dehors.
Notamment, ce journal s’en est déjà pris à Jacquet en 98, Anelka en 2010 et il continue encore dans cette voie honteuse.